Beyond Bulls & Bears

Scruter les actions européennes pour identifier des opportunités négligées

This post is also available in: Anglais Néerlandais Italien

Les actions ont parcouru un long chemin depuis les heures les plus sombres de la crise financière européenne. Toutefois, étant donné que de nombreux indices boursiers se négocient désormais à des plus hauts sur plusieurs années (ou quasiment) et que les marchés sont de plus en plus enclins à la volatilité, les investisseurs peuvent se demander si les gains potentiels justifient toujours les risques encourus. Dans ce contexte difficile, Mike Clements, gérant de portefeuille au sein de Franklin Equity Group®, affirme que l’Europe et le Royaume-Uni renferment toujours de nombreuses entreprises aux performances solides, mais délaissées par les marchés. À l’heure actuelle, il identifie un fort potentiel de création de valeur fondamentale pour les investisseurs à long terme dans des entreprises et des secteurs délaissés.

Michael Clements
Michael Clements

   

  Mike Clements, vice-président

  Gérant de portefeuille et analyste, actions européennes

  Franklin Equity Group® 

 

 

Après l’une des pires crises financières depuis la Grande dépression, les fondamentaux économiques de l’Europe se sont améliorés ces 18 derniers mois. Des réformes structurelles importantes ont été introduites dans plusieurs pays et ont débouché sur les progrès notables observés en Europe depuis lors. Parallèlement, la Banque Centrale Européenne (BCE) a adopté une politique monétaire caractérisée par des taux d’intérêt historiquement bas et de nombreuses mesures extraordinaires destinées à soutenir les investissements et la croissance. Par conséquent, avec mon équipe, nous ne nous étonnons pas que les actions se soient redressées en même temps que l’économie. Quoi qu’il en soit, il ne nous semble pas trop tard pour investir dans les actions européennes. En tant qu’investisseurs de long terme, nous adoptons un horizon à cinq ans ou même plus pour les actions européennes. Ceci étant dit, nous pensons que la période est toujours très propice aux investissements.

Si l’on se penche sur les valorisations des actions, l’ensemble du marché européen se négocie à environ 14 fois les bénéfices prévisionnels contre nettement plus de 15 fois les bénéfices sur le marché américain (31 mars 2014).[1] Toutefois, les investisseurs perçoivent un meilleur rendement du dividende sur les marchés britanniques et européens, à environ 3,5 %, contre presque 2 % aux États-Unis.2 Par conséquent, le marché européen nous semble plus attrayant que les autres à travers le monde.

Nous pensons aussi que les rendements du dividende des actions européennes sont plus avantageux que les rendements obligataires. En Europe, les rendements des obligations sont extrêmement bas, car la BCE maintient une politique monétaire très accommodante. Bien sûr, certaines entreprises européennes ont des difficultés, mais si vous adoptez une perspective à long terme, je pense que leur potentiel de création de valeur fondamentale est globalement intéressant.

blog 2

Économies en restructuration 

Nous pensons que les dirigeants en Europe font du bon travail pour redresser les économies. Ainsi, en Espagne, plusieurs réformes structurelles ont permis d’améliorer la compétitivité de la main-d’œuvre par rapport à d’autres économies dans le monde, ce qui s’est répercuté sur la reprise globale. L’Espagne affiche désormais une balance commerciale positive.

De même, au Portugal, en Irlande et en France, de nombreux indicateurs économiques s’inscrivent dans la bonne direction, et cela commence à se traduire par une meilleure conjoncture pour les entreprises basées dans ces pays. 

Depuis quelque temps, nous sommes attirés par les secteurs européens de la consommation et de l’industrie, car nous y décelons des entreprises affichant un avantage concurrentiel indéniable, un bilan solide, des flux de trésorerie abondants et des valorisations attractives. Plus récemment, nous nous sommes intéressés aux secteurs des services pétroliers et des équipements pour l’industrie minière. 

Le marché immobilier britannique bénéficie des politiques publiques

Au Royaume-Uni, la reprise est plus avancée que dans le reste de l’Europe, et cela se voit au niveau de son marché d’actions. Le marché immobilier britannique est un moteur économique important et a reçu un soutien efficace de la part des autorités publiques. Le marché immobilier a également bénéficié de la politique monétaire très accommodante, notamment de taux d’intérêt extrêmement bas.

Nous cherchons à nous exposer globalement au marché immobilier britannique via des actions liées au logement, mais également par le biais d’entreprises de la consommation de détail, secteur qui connaît aussi une embellie au Royaume-Uni selon nous. Je pense qu’au Royaume-Uni les défis sont davantage sur le long terme, notamment en ce qui concerne l’évolution à venir lorsque les taux d’intérêt augmenteront, et quels en seront les impacts sur la consommation et la capacité des entreprises à générer des liquidités.

Reprise en Europe

En Europe continentale, l’économie continue globalement à se redresser, mais comme nous adoptons une approche bottom-up, nous avons tendance à ne pas prêter attention aux facteurs macro-économiques. De même, nous ne passons pas beaucoup de temps à nous demander si nous devrions investir en Allemagne ou en France, selon les différences que nous observons dans leur reprise économique. Selon nous, il est essentiel de se pencher sur les entreprises au cas par cas pour identifier ce qui a été intégré à leur valorisation et les anomalies éventuelles, ce qui implique d’analyser les parties du marché qui ont été délaissées. Nous avons tendance à faire cela en nous concentrant davantage sur les analyses au cas par cas, plutôt que par pays ou par secteur.

Ainsi, nous décelons beaucoup d’inquiétudes et de troubles dans les secteurs exposés aux marchés émergents, comme les actions des secteurs miniers et des services pétroliers. Ce sont des secteurs du marché négligés par les investisseurs à court terme. Nous identifions aussi des idées dans des parties du marché qui investissent directement sur les marchés émergents.

Un jeu ciblé

La meilleure façon de se figurer notre style d’investissement est de le considérer comme un jeu ciblé sur une fraction de ce que nous considérons comme les meilleures idées d’investissement individuelles au sein de l’ensemble de l’univers du marché d’actions. Nous passons au crible l’ensemble du marché européen pour déceler ce que nous estimons être les meilleures entreprises avec les valorisations les plus attractives, des sociétés de qualité qui bénéficient d’un avantage concurrentiel, mais dont les valorisations semblent aujourd’hui attrayantes car elles ont été délaissées pour une raison ou une autre. 

Nous nous intéressons aussi aux activités de fusions-acquisitions, même si elles ne font pas activement partie de notre processus de sélection des valeurs. En effet, nous pensons qu’il est difficile d’essayer de comprendre les nombreux facteurs qui interviennent dans ce type de décision, tout comme il est ardu de prédire leur résultat. Les activités de fusions-acquisitions se sont très clairement accélérées en Europe. Dans cette région, les entreprises désendettent leur bilan depuis plusieurs années, renforçant considérablement leur position financière. C’est également vrai dans le secteur du capital-investissement.

Les marchés ayant commencé à se réapprécier, les entreprises sont de nouveau assez confiantes pour procéder à des fusions-acquisitions et elles disposent des liquidités suffisantes pour le faire. Même si nous ne recherchons pas activement des candidats à des fusions-acquisitions, les sociétés que nous privilégions constituent des cibles d’acquisition attrayantes puisqu’elles présentent des avantages concurrentiels et des bilans robustes, ainsi que des liquidités abondantes. Ces caractéristiques sont attrayantes pour nous, mais aussi pour les acheteurs potentiels.

Les commentaires, les opinions et les analyses de Mike Clements sont fournis à titre d’information uniquement et ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, des recommandations à investir dans un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière.

Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Ce document ne constitue pas une analyse complète des faits relatifs aux divers pays, régions, marchés, secteurs, investissements ou stratégies cités.

Quels sont les risques?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements sur les marchés en développement présentent d’ailleurs des risques accrus par rapport aux mêmes facteurs, en plus de ceux associés à leur taille inférieure et à leur liquidité plus limitée. 

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir de brèves informations sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et surLinkedIn (INTL).



[1]Source : FactSet, MSCI. © 2014 FactSet Research Systems Inc. Tous droits réservés. Les informations contenues dans les présentes : (1) appartiennent à FactSet Research Systems Inc. et/ou ses fournisseurs de contenu, (2) ne peuvent être reproduites ou diffusées, et (3) ne sont pas garanties en termes de fiabilité, d’exhaustivité ou de caractère opportun. FactSet Research Systems Inc. et ses fournisseurs de contenus déclinent toute responsabilité quant à d’éventuels dommages ou pertes résultant d’une utilisation de ces informations. MSCI n’apporte aucune garantie, expresse ou implicite, ni ne fait aucune déclaration, et n’assume aucune responsabilité quant aux données de MSCI contenues dans le présent document. La redistribution des données de MSCI ou leur utilisation en lien avec d’autres indices, titres ou produits financiers n’est pas autorisée. Les indices ne sont pas gérés et il n’est pas possible d’y investir directement. Les performances passées ne présagent pas des résultats futurs.

 

2 Voir tableau du rendement du dividende moyen