Beyond Bulls & Bears

Perspectives 2015: De bonnes raisons de continuer à investir dans les actions internationales

This post is also available in: Anglais Néerlandais Italien Espagnol Polonais

Des tendances mondiales convergentes révèlent des opportunités au sein de différentes classes d’actifs pour 2015. Dans ce billet, Thomas A. Nelson et Brooks Ritchey, Franklin Templeton Solutions, décryptent ces tendances et présentent les marchés qui pourraient en bénéficier.

Brooks Ritchey
Brooks Ritchey
Tom Nelson
Tom Nelson

Thomas A. Nelson, CFA
Directeur d’Investment Solutions
Franklin Templeton Solutions

Brooks Ritchey
Directeur d’Investment Solutions
Franklin Templeton Solutions

En ce début d’année 2015, nos indicateurs comme nos analyses pointent toujours vers une inflation faible et présagent d’un contexte, sur le plan des liquidités, a priori favorable aux actions, malgré une possibilité de légère reprise de la volatilité des cours. Nous privilégions donc les actions par rapport aux instruments monétaires, notamment parce que ce contexte d’inflation anémique devrait inciter les banques centrales de la plupart des marchés développés à maintenir de faibles taux d’intérêt à court terme. En outre, les valorisations paraissent toujours attrayantes, par rapport aux rendements des emprunts d’État des marchés développés et des instruments monétaires locaux. Le rendement nominal des dividendes de l’indice MSCI All Country World s’est avéré supérieur au rendement ajusté de l’inflation à l’échéance de l’indice Citigroup World Government Bond.[1]

Un autre paramètre d’évaluation dont nous tenons compte est la prime de risque des actions, définie comme le rendement réel auquel on retire le taux des instruments monétaires locaux. Les primes de risque des actions locales, aux États-Unis, en Europe, au Japon et au Royaume-Uni ont toutes dépassé leurs moyennes à long terme respectives, une caractéristique favorable aux marchés boursiers, au détriment des marchés monétaires, selon nous.

La divergence des différentes politiques monétaires et des rythmes de croissance du PIB à l’échelle mondiale nous semble révéler des opportunités d’investissement au sein de différentes classes d’actifs, notamment en actions japonaises, européennes et des pays émergents de l’Asie. À ce titre, nous continuons de préférer cette région à l’Amérique latine, car les fondamentaux des sociétés paraissent meilleurs et les valorisations plus attrayantes. Il semble que l’économie américaine se passe progressivement des mesures de relance monétaire, alors que la Banque du Japon continue d’intervenir massivement. Des données fondamentales généralement encourageantes pour les sociétés japonaises, ainsi que des valorisations qui semblaient attrayantes fin décembre, ont conduit également l’équipe de Franklin Templeton Solutions à privilégier les actions japonaises par rapport à leurs homologues américaines en ce début d’année 2015.

Nous entrevoyons également des opportunités sur les marchés boursiers européens, principalement grâce un redressement prometteur du PIB mondial et à une divergence de politique monétaire entre la Réserve fédérale (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE). La plupart des constituants de l’indice composite des directeurs d’achat (qui mesure la vigueur du secteur industriel) ont été positifs fin 2014, une indication de bon augure pour les bénéfices des exportateurs européens en 2015. Alors que les stimuli monétaires s’estompent aux États-Unis, l’environnement en matière de liquidité en Europe pourrait donner un coup de fouet aux actions de la région, la BCE semblant ouverte à des mesures non conventionnelles pour soutenir la croissance et juguler la déflation, si cela s’avérait nécessaire.

En ce qui concerne les obligations, nous pensons que les taux d’intérêt américain à long terme remonteront progressivement, sur fond d’une embellie durable des perspectives de croissance. Compte tenu des projections de la Fed, du redressement de l’emploi et de l’économie aux États-Unis, ainsi que de la relative surévaluation des bons du Trésor américain, nous privilégions une sous-exposition en duration. Nous préférons les obligations américaines à haut rendement aux bons du Trésor américain à moyen terme. Les taux de couverture des intérêts s’étant améliorés au cours des dernières années, de nombreuses sociétés ont ainsi diminué le coût de leurs emprunts et reconstitué leur trésorerie, au point de détenir, dans certains cas, des réserves abondantes et d’allonger l’échéance de leurs dettes. Les taux de défaillance devraient donc demeurer faibles à moyen terme. Le secteur des obligations américaines à haut rendement semble présenter un bon potentiel de progression compte tenu de la vigueur de l’économie aux États-Unis.

Les hedge funds[2] demeurent des outils importants pour nous. Ils permettent de profiter des avantages de la diversification et d’améliorer les performances au moyen de stratégies tirant parti des hausses comme des baisses sur les marchés boursiers. Nous les privilégions particulièrement compte tenu du risque tangible de hausse des taux d’intérêt et apprécions également leur capacité à cibler certaines caractéristiques du marché, ou anomalies, pour générer des performances non corrélées aux fluctuations boursières. En outre, nous demeurons attentifs aux marchés des matières premières et estimons que le prix du pétrole devrait légèrement remonter par rapport aux creux enregistrés à la fin de 2014.

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations fournies sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Ce document ne constitue pas une analyse complète des faits relatifs aux divers pays, régions, marchés, ou investissements cités.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenues dans ces documents est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournies par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur @FTI_France et sur LinkedIn.

CFA et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées appartenant au CFA Institute.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. D’une manière générale, les investissements offrant des performances potentielles plus élevées sont associés à un risque également plus élevé. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Investir dans les marchés en développement implique des risques accrus concernant ces mêmes facteurs, lesquels s’ajoutent aux risques liés à leur plus petite taille, à leur liquidité inférieure et à l’absence d’un cadre légal, politique, commercial et social établi pour soutenir les marchés boursiers. La diversification n’est pas une garantie de gain ou de protection contre le risque de pertes.

Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. La valeur d’une obligation peut varier en fonction de l’assise financière de son émetteur ou de sa note de solvabilité. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur d’un portefeuille obligataire peut reculer. Les obligations à haut rendement sont des instruments de qualité plus faible offrant des rendements plus élevés, qui présentent un risque de défaut accru et peuvent donner lieu à une perte du principal. La valeur d’une obligation peut varier en fonction de l’assise financière de son émetteur ou de sa note de solvabilité.

Un investissement dans un hedge fund est par nature spéculatif, entraîne un risque important et ne doit pas être considéré comme un programme d’investissement complet. Un investissement dans un hedge fund n’offre qu’une liquidité limitée et n’est adapté qu’aux personnes disposées à perdre l’intégralité de leur mise. Rien de permet de garantir que les stratégies d’investissement utilisées par les gérants de hedge funds seront performantes.



[1] Source : Thomson Reuters (Markets) LLC : Datastream, pour la période comprise entre le 31 décembre 1987 et le 31 octobre 2014. Voirwww.franklintempletondatasources.com pour des informations supplémentaires sur le fournisseur de données. Les indices ne sont pas gérés et il n’est pas possible d’y investir directement. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs.

[2] Un fonds de gestion alternative (ou hedge fund) est un fonds d’investissement à gestion collective, prenant généralement la forme d’un private partnership (société en commandite), qui cherche à maximiser ses performances à l’aide d’un large éventail de stratégies, y compris via des investissements atypiques et illiquides.