Beyond Bulls & Bears

L’union des marchés de capitaux européens

This post is also available in: Anglais Néerlandais Allemand Espagnol Polonais

 Les professionnels de Franklin Templeton Investments apportent un point de vue concis et précieux sur un thème d’investissement d’actualité.

Aujourd’hui, Norm Boersma de Templeton Global Equity Group aborde les nouvelles propositions dévoilées par la Commission européenne en vue d’une union des marchés de capitaux.

Norm Boersma
Norm Boersma

Norman J. Boersma, CFA, Directeur des investissements, Templeton Global Equity Group

Qu’est-ce que l’union des marchés de capitaux ?

Le principe sous-jacent de l’union des marchés de capitaux en Europe, c’est de renforcer le système financier de l’Union européenne (UE) en intégrant les marchés de capitaux de la région pour offrir des options de financement solides et variées, qui correspondent mieux à l’offre et à la demande de crédit. Ses partisans espèrent y parvenir en levant les barrières aux investissements transfrontaliers afin de créer un marché unique pour les capitaux des 28 États-membres de l’UE. Selon eux, ce système fera baisser les coûts de financement au sein de l’UE.

Pourquoi est-ce d’actualité ?

Un processus de consultation est en cours. Il se base sur les propositions dévoilées en février par Jonathan Hill, commissaire européen aux services financiers. La mesure proposée par Lord Hill a vocation à compléter l’union bancaire européenne et à augmenter la solidité et la flexibilité de tout le système financier de la région. La période de consultation prend fin le 13 mai 2015, et un plan d’action reflétant les réponses obtenues sera publié au troisième trimestre 2015. Il est important de noter que ce type de réformes structurelles prend du temps. Même si les réformes sont débattues en ce moment, elles ne seront pas appliquées tout de suite après avoir été présentées formellement aux responsables politiques À court terme, nous anticipons des premières avancées dans des domaines clés, même si nous savons qu’il faudra probablement des années avant qu’une union des marchés de capitaux soit vraiment mise en place dans l’UE.

Quel est l’objectif de la Commission européenne ?

Les responsables européens sont conscients qu’il faut des réformes pour améliorer l’accès au crédit dans la zone euro, en particulier pour les PME. Les petites entreprises dépendent trop des banques pour se financer, ce qui freine la croissance du crédit et l’activité économique en cas de resserrement ou de désendettement des systèmes bancaires, comme c’est le cas en Europe depuis quelques années. De plus, en s’appuyant sur l’exemple du redressement relativement rapide du système financier américain après avoir frôlé la catastrophe, l’Europe comprend que des marchés de capitaux plus profonds, plus liquides et plus variés pouvaient garantir la stabilité et soutenir l’économie.

Quelles sont les répercussions pour les investisseurs ?

Nous pensons que cette initiative permettra d’accroître la liquidité et d’élargir les options d’investissement. En Europe, les financements externes des entreprises sont assurés à environ 70 % par les banques et le reste par les marchés boursiers. Aux États-Unis, c’est la situation inverse : les financements des entreprises proviennent en majorité des marchés. Par conséquent, les marchés financiers sont nettement plus dynamiques aux États-Unis : ils offrent aux entreprises des crédits bien plus abordables et aux épargnants davantage de solutions pour investir.

Comment positionnerez-vous vos stratégies si cela se concrétise ?

En tant qu’investisseurs dans les banques européennes, nous apprécions la « mainmise » qu’elles ont sur le marché du crédit. Toutefois, plus globalement, nous pensons que la dépendance excessive de l’économie européenne envers les financements bancaires freine la croissance et le développement des entreprises de la région. Nous appuyons généralement toutes les mesures « pro-européennes » favorisant l’intégration systémique à travers l’union monétaire.

Au final, les investisseurs devraient bénéficier de la liquidité et de la stabilité accrues qu’apportera en principe une union des marchés de capitaux en Europe. Le système financier américain est très bien parvenu à segmenter le marché afin de bien faire correspondre les types d’investisseurs et les besoins des emprunteurs. Aux États-Unis, le capital-risque et le capital-investissement sont deux secteurs solides qui offrent des financements concurrentiels à des segments du marché pas servis aussi efficacement par les banques.

Grâce à la titrisation, il est aussi possible d’accroître l’offre de crédit en faisant sortir les prêts des bilans des banques, ce qui leur permet de prêter davantage. Comme l’a bien mis en évidence la crise financière mondiale, tout cela n’est pas sans risque ; toutefois, en faisant preuve de bon sens, dans un système financier bien réglementé, ces solutions de crédit basées sur le marché peuvent selon nous favoriser la croissance et la stabilité. Ces mesures devraient donc finir par bénéficier à l’Europe, qui reste l’un des principaux pôles d’attraction de nos portefeuilles actions.

 

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations fournies sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Ce document ne constitue pas une analyse complète des faits relatifs aux divers pays, régions, marchés, ou investissements cités.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenues dans ces documents est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournies par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique.

Disclaimer liens hypertextes

Les liens peuvent vous rediriger vers des sites/médias tiers contenant des informations que nous n’avons pas vérifiées ou approuvées. Nous vous encourageons à vérifier notamment les politiques de respect de la confidentialité et de sécurité ainsi que les conditions d’utilisation de tous les sites que vous visitez sur lesquels nous n’avons aucune maîtrise et aucune responsabilité.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.