Beyond Bulls & Bears

Alternatives

Perspectives des stratégies de hedge-fund au deuxième trimestre : K2 Advisors

K2 Advisors cherche à créer de la valeur via une gestion active du portefeuille, une allocation tactique et une diversification sur quatre principales stratégies alternatives : long short equity, relative value, global macro et event driven. Pour leurs perspectives au deuxième trimestre (T2) 2017, les équipes de recherche et de construction de portefeuille de K2 Advisors parlent des événements clés sur le marché sur lesquels ils se penchent actuellement.

This post is also available in: Anglais Italien Allemand Polonais

Perspectives T2 : Après la secousse Trump

 L’écart entre les attentes et la réalité politique s’est un peu rétréci ces dernières semaines, en tous cas en ce qui concerne le 45e président des États-Unis.  L’échec du passage du projet de loi sur la santé a été un coup dur qui a fait réfléchir Wall Street après l’enivrant vertige qui a suivi les élections. Et bien que ce résultat n’a pas manqué de réjouir certains cercles, une vision plus optimiste soulignerait que la séparation des pouvoirs, telle qu’elle a été conçue par les pères fondateurs américains, se porte bien à Washington.

L’effort visant à abroger et remplacer la loi sur la santé, ainsi que le rejet de l’interdiction de voyager ont signalé que la mise en œuvre du programme présenté par le pouvoir exécutif ne fera pas l’objet d’une approbation sans discussion par les pouvoirs législatif et judiciaire. Pour l’instant, toutefois, l’on continue de croire que l’administration sera en mesure de mettre en œuvre les trois grands projets appelés « Big Three » — la réforme fiscale, la déréglementation et les dépenses d’infrastructure — et que ces initiatives réussiront à galvaniser l’économie américaine et à soutenir les valorisations actuelles du marché.

Les actions ont bénéficié d’une reprise de trois mois suite à la victoire de Trump aux élections. L’avenir nous dira si l’espoir et la spéculation sont récompensés par la réalité de la gouvernance.

Quoique l’avenir apporte en termes de résultats politiques, d’un point de vue du marché, nous anticipons davantage de volatilité à l’avenir, ce qui peut être un fait positif pour les stratégies alternatives. Rappelons que l’alpha est le dérivé d’un marché inefficace et selon nous, une volatilité plus élevée est le signe d’une inefficacité de marché encore plus importante — d’où le fait que les investissements actifs comme les stratégies alternatives ont plus de chances de performer. Il est évident que la victoire de Trump a représenté un virage à 180 °. À mesure que les marchés découvrent dans quel sens celui-ci les mènera, nous prévoyons d’importants mouvements, et ce dans les deux directions. Nous prévoyons également une dispersion mesurable à l’échelle des secteurs et des titres. Dans de telles circonstances, les gestionnaires de portefeuille ayant une plus grande marge de manœuvre pour négocier sont les plus à même de tirer profit de l’évolution et des tendances en matière de prix.

 Un climat plus optimiste en Europe : Long-short equity

En Europe, un climat plus optimiste se fait sentir, ce qui est de bon augure pour les marchés européens et pour les stratégies long-short equity.

Tout d’abord, le spectre du populisme pourrait bien être en train de se dissiper. Il s’agit d’un développement positif, étant donné que ce mouvement menaçait de revenir en arrière sur des décennies de coopération politique et économique dans la région. La récente défaite aux Pays-Bas du candidat populiste du « Parti pour la liberté », Geert Wilders, fonctionnera peut-être comme un baromètre pour l’ensemble de l’Europe, indiquant un possible changement d’opinion dans la région. De plus, certains  sondages en France indiquent un léger recul de la candidate populiste Marine Le Pen. En Allemagne, le parti de la Chancelière Angela Merkel et ses partis affiliés continuent d’être en tête des concurrents de droite. Ces changements de courants politiques devraient contribuer à soutenir la croissance dans la région.

Outre l’environnement politique encourageant, des facteurs économiques et techniques positifs pourraient s’avérer favorables pour l’Europe. Il ne faut pas oublier que les actions européennes en général ont sous-performé les actions américaines ces dix dernières années[1] et que nous nous attendons à un inversement de cette tendance. Selon nous, les marchés européens pourraient profiter de valorisations favorables, d’une meilleure croissance des bénéfices et d’une reprise mondiale. Après des années de croissance médiocre liée à la dette souveraine et aux crises bancaires, la croissance économique et l’inflation dans la région ont commencé à s’améliorer.

En outre, la faiblesse de l’euro et de la livre sterling par rapport au dollar, alliée à la volatilité des marchés causée par une incertitude géopolitique constante, présente, pour les gestionnaires de portefeuille, des opportunités supplémentaires de sélection des valeurs dans la région. De plus, les entreprises européens ayant une base de coûts en euros ou en livres sterling et générant des revenus de monnaies plus fortes (telles que le dollar), devraient être bien positionnées. Enfin, de nombreux gestionnaires identifient des opportunités dans le secteur financier, étant donné que les banques se sont beaucoup efforcées ces dernières années pour mettre de l’ordre dans leur bilan et se renforcer. Nous estimons que nombre de ces institutions méritent une valorisation plus élevée que celle dont elles bénéficient actuellement.

Une protection contre une incertitude accrue : les stratégies Relative Value

La nature moins directionnelle des stratégies Relative Value reste intéressante dans un contexte d’incertitude accrue sur les marchés. Sachant que la volatilité réelle est à de très faibles niveaux, le profil long en volatilité d’une stratégie Relative Value possède une assymétrie intéressante en complément d’autres investissements. De plus, la stratégie semble positionnée pour profiter d’une dispersion accrue, que nous considérons comme probable étant donné les politiques fiscales changeantes stimulées par la nouvelle administration américaine, ainsi que par les réalités politiques en constante évolution en Europe et dans d’autres régions.

Enfin, les trajectoires divergentes des banques centrales dans les principales économies mondiales devraient présenter des opportunités directionnelles améliorées. Par exemple, les prix des valorisations transfrontalières peuvent être extrêmement attrayants les uns par rapport aux autres, surtout à la lumière du positionnement de la Fed américaine en matière de hausse des taux. À l’inverse, l’éventuelle mise en place de nouvelles mesures d’assouplissement au Japon et en Europe est toujours de mise. Dans ce contexte, nous constatons d’importants mouvements des taux de change et devises mondiales, offrant de nouvelles opportunités tangibles en matière de trading d’actions « long » versus « short » pour les stratégies Relative Value.

Il reste des catalyseurs pour les stratégies Event-Driven

Nous pensons que l’activité des entreprises restera robuste en 2017 et augmentera potentiellement au fur et à mesure que l’année progresse. La nouvelle admnistration US devrait employer des politiques plus pro-entreprises (moins de réglementation), en particulier en matière de politique antitrust. Deux changements potentiels du code fiscal pourraient également contribuer à accroître l’activité des entreprises : un congé fiscal pour le rapatriement des liquidités à l’étranger et une réduction significative des taux d’imposition des entreprises.

Les stratégies d’arbitrage sur les fusions restent intéressantes pour les investisseurs cherchant des rendements relativement stables avec des niveaux de corrélation du marché minimaux. Les stratégies actions sur des situations spéciales axées sur un catalyseur ont connu des performances mitigées en 2016 suite à la volatilité du marché et à certaines situations signalant des résultats négatifs. Nous pensons que l’environnement s’améliorera au fur et à mesure que le marché gagnera en clarté sur les politiques de la nouvelle administration, mais nous continuons de penser qu’il est prudent pour les gestionnaires de réduire les bêtas avec des couvertures appropriées. Les activistes sont susceptibles de continuer à cibler des entreprises mal gérées, mais les solutions « faciles » (comme les rachats d’actions) jouent un rôle moins important. Les activistes auront besoin de plus de temps pour que leurs stratégies portent leurs fruits s’ils adoptent une approche de restructuration, plutôt qu’une technique financière.

Vous pouvez en savoir plus sur les types de stratégies alternatives auxquelles il est fait référence ici ainsi qu’à d’autres stratégies dans notre blog précédent, « Solidifier un cas pour les fonds alternatifs liquides. »

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears .

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations contenues dans ce document sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis, et ne constituent pas une analyse complète des évènements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation du lecteur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. L’identification d’opportunités de placement attrayantes est difficile et implique un certain degré d’incertitude et il n’est absolument pas garanti que ces stratégies d’investissement alternatives soient payantes. Investir dans de telles stratégies expose à différents risques, comme ceux auxquels sont soumises les entités investissant dans tous types d’instruments, y compris à la volatilité.

Les valeurs de marché des titres détenus par les portefeuilles alternatifs liquides K2 vont monter ou descendre, parfois rapidement ou de façon imprévisible. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements sur les marchés en développement présentent d’ailleurs des risques accrus par rapport aux mêmes facteurs, en plus de ceux associés à leur taille inférieure et à leur liquidité plus limitée.  Les perspectives des stratégies alternatives sont déterminées par rapport à d’autres stratégies alternatives et ne représentent pas une opinion sur une performance absolue future anticipée ou sur le risque.

[1] Sources : Indice MSCI Europe, indice MSI USA. L’indice MSCI Europe reflète les moyennes et grandes capitalisations de 15 pays à marchés développés d’Europe. L’indice MSCI USA mesure la performance des moyennes et grandes capitalisations du marché américain. Les indices ne font l’objet d’aucune gestion et il n’est pas possible d’y investir directement. Ils ne tiennent pas compte des honoraires, des dépenses et des frais de vente. Les performances passées ne constituent pas un indicateur ni une garantie des performances futures.