Beyond Bulls & Bears

Perspectives

Intégrer le facteur humain dans l’investissement indiciel

Chandra Seethamraju de Franklin Templeton Solutions détaille ce qui constitue selon lui une approche « intelligente » pour investir dans des fonds négociés en bourse.

This post is also available in: Anglais Italien Allemand

Pendant des décennies, Franklin Templeton a ardemment défendu la gestion active. Nous pensons que les compétences et les connaissances apportées par la supervision humaine devraient jouer un rôle crucial dans le processus d’investissement. L’émergence d’investissements en fonction de facteurs de risque et l’évolution des indices traditionnels ont débouché sur de nouvelles opportunités d’ajouter une dimension humaine à l’espace traditionnellement passif des ETF. Chandra Seethamraju, directeur de la modélisation systématique, Franklin Templeton Solutions, détaille ce qui constitue selon lui une approche « intelligente » pour investir dans ces supports.

Viktor E. Frankl, neurologiste et psychiatre autrichien, a déclaré qu’« un homme est un être doué du pouvoir de décision ». Dans de nombreux aspects de notre vie moderne, il semble néanmoins que les êtres humains délèguent aux ordinateurs leur pouvoir décisionnel. Les recommandations qui nous sont faites pendant le shopping en ligne, les suggestions de musique sur des sites de streaming, les compatibilités potentielles dans des applications de rencontre : toutes ces informations reposent sur des algorithmes.

Alors que nous pourrions avoir l’impression de ne faire qu’externaliser la prise de décision à un ordinateur, dans chaque cas, nous nous fions à la technologie pour nous servir dans le cadre de paramètres précis définis par des êtres humains. Au cœur de chaque exemple, il y a un décideur humain qui a construit le cadre dans lequel fonctionne l’algorithme. Plus le concepteur humain est doué et intuitif, plus le résultat potentiel sera bon pour l’utilisateur.

En tant que société ayant son siège mondial dans la Silicon Valley en Californie, nous pensons que nous sommes plus conscients que d’autres de la puissance et du potentiel des algorithmes et de la technologie pour simplifier et améliorer la vie moderne.

Nous reconnaissons et apprécions la précieuse interaction entre les hommes et la technologie. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes depuis toujours d’ardents défenseurs de la gestion des investissements actifs et que nous le sommes toujours, même si des approches passives basées sur l’indice ont gagné en popularité.

Entrer dans le Smart Beta

La construction des portefeuilles smart beta vont de relativement simples à assez complexes. L’approche la plus simple consiste à détenir des titres en pondération identique plutôt que de les pondérer par capitalisation boursière.

Pendant ce temps, une approche quantitative analyse, sélectionne, pondère et rééquilibre systématiquement les positions de portefeuille basées sur certaines caractéristiques de style d’investissement appelées facteurs. Certains se concentrent sur un seul facteur et d’autres en combinent plusieurs dans un seul et même portefeuille.

Les indices traditionnellement pondérés par capitalisation boursière sont connus pour présenter une certaine subjectivité. Par nature, ils sont rétrospectifs. Plutôt que de se focaliser sur des actions avec une opportunité potentielle, ils reflètent des actions ayant bien performé par le passé (actions de méga-capitalisation), des actions négociées à des ratios élevés ou appartenant à des industries populaires. Inversement, une gestion active tend à identifier un potentiel et à l’appliquer.

L’investissement indiciel a connu une évolution ces dernières années, notamment avec l’émergence d’approches avancées par rapport à la construction de l’indice. L’une de ces approches est connue sous le nom de Smart Beta.

Pour simplifier, les indices de capitalisation boursière traditionnels reflètent une approche non interventionniste. Ils suivent un indice simple généralement basé sur la capitalisation boursière. Au contraire, le Smart Beta emploie des critères (ou des facteurs) autres que la capitalisation boursière.

Les approches vont de relativement simples à plus complexes. Ces ETF sont ensuite conçus pour suivre ces indices particuliers.

Le facteur : un marqueur d’ADN

Un facteur est une caractéristique primaire d’un investissement qui explique un comportement de l’action sur de longues périodes de temps. Il est possible de se représenter un facteur comme un marqueur d’ADN d’un investissement qui le fait réagir à certains événements. Il pousse l’investissement à se comporter comme il le fait au fil du temps.

Les actions peuvent être regroupées selon des facteurs primaires communs. Certains facteurs ont donné aux investisseurs des rendements positifs largement supérieurs aux indices du marché sur le long terme et appelés « return premium ».

Les facteurs ayant assuré un surplus de rendement au fil du temps sont notamment les suivants :

  • Qualité—sociétés avec une croissance des bénéfices stable ;
  • Value—actions affichant un cours attrayant par rapport à des valorisations historiques et anticipées et ayant historiquement versé des dividendes attrayants;
  • Momentum—sociétés ayant affiché des performances élevées ces six à douze derniers mois ;
  • Volatilité—actions ayant affiché une variabilité des rendements inférieure à la moyenne.

Nous avons vu se faire et se défaire de nombreux modes d’investissement au fil des années. Certains commentateurs estiment sans doute que le smart beta n’est juste qu’une autre de ces tendances.

Nous ne sommes pas de cet avis.

Nous considérons que les ETF Smart Beta constituent une avancée dans le monde binaire de la gestion active et passive. Selon nous, les avancées dans la construction de l’indice et la conception du portefeuille représentent une opportunité pour les investisseurs ayant les bons outils et l’expertise requise de potentiellement améliorer au fil du temps la performance d’investissement ajustée aux risques. C’est un point que de nombreux investisseurs sont susceptibles de trouver attrayant.

Nous estimons qu’il serait pertinent d’améliorer davantage le Smart Beta. Il faudrait pour cela combiner des compétences de recherche, l’expérience et des connaissances affutées dans une sphère de gestion active afin de construire des indices sophistiqués de manière stratégique.

Les indices basés sur les capitalisations boursières ont largement servi d’indicateurs de la performance de l’ensemble du marché et d’indices de référence permettant de mesurer la performance du gérant actif. Nous pensons qu’une conception d’indice basée sur des règles et analysant l’exposition individuelle des actions à des facteurs spécifiques donne une approche plus avancée, plus prospective (et plus nuancée) pour cibler des résultats spécifiques du marché.

Même un indice déterminé par des pondérations du marché est exposé à des facteurs tels que la qualité, la value, la volatilité et le momentum. Pour les fonds indiciels, ces expositions sont déterminées par les hausses et les baisses du marché boursier sur lequel reposent les indices de capitalisation du marché.

Nous pensons que pour la majorité des investisseurs, notamment ceux recherchant un résultat autre que l’exposition au marché, il est préférable de prévoir une exposition des facteurs plutôt que d’y être soumis par les fluctuations du marché. Une approche de facteur systématique offre selon nous l’avantage de toujours connaître précisément les facteurs déterminant vos rendements d’indice.

Pour nous, une approche de ce type allie l’attrait et l’intuition d’approches passives plus sophistiquées (transparence, diversification, méthodologie fondée sur des règles et coûts plus faibles) à la prudence et la perspective d’un gérant actif qui utilise la recherche pour déterminer des expositions spécifiques visant un résultat souhaité. C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’un indice conçu et construit sur des facteurs de risque ne devrait pas négliger le facteur le plus important de tous : le facteur humain.

Les commentaires, opinions et analyses du présent document sont communiqués à titre d’information uniquement ; ils ne sauraient être considérés comme un conseil d’investissement individuel ou comme une recommandation d’investir dans un quelconque titre ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Les présentes ne constituent pas une analyse exhaustive de tous les aspects importants d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un investissement ou d’une stratégie.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation du lecteur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total investi. Les commissions de courtage et les frais de FNB diminueront les rendements. Les parts de FNB peuvent être achetées ou vendues pendant la journée à leur prix de marché à la bourse où elles sont cotées. Les FNB se négocient comme des actions, fluctuent en fonction de la valeur du marché et peuvent se négocier à des prix supérieurs ou inférieurs à leur valeur nette d’inventaire. Néanmoins, il ne peut pas être garanti qu’un marché des échanges actif pour des parts de FNB sera développé et maintenu ou que leur cote continue ou reste la même. Alors que les parts des FNB sont négociables sur des marchés secondaires, elles ne peuvent pas être négociées dans toutes les conditions de marché et peuvent l’être à des décotes significatives dans des périodes de tension du marché. Les performances des FNB peuvent varier de manière significative par rapport à la performance d’un indice en raison de frais de transaction, de dépenses et d’autres facteurs.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *