Beyond Bulls & Bears

Alternatives

Perspectives des stratégies alternatives au quatrième trimestre : K2 Advisors

K2 Advisors cherche à créer de la valeur via une gestion active du portefeuille, une allocation tactique et une diversification sur quatre principales stratégies alternatives : long/short equity, relative value, global macro et event driven. Dans leurs perspectives pour le quatrième trimestre (T4) 2017, les équipes de recherche et de construction de portefeuille de K2 Advisors parlent des événements clés du marché sur lesquels elles se penchent actuellement.

This post is also available in: Anglais Allemand Polonais

Deux versions de l’histoire, mais une seule vérité

 Dans un entretien récent avec Bloomberg, l’investisseur légendaire Howard Marks d’Oaktree Capital a déclaré qu’un investissement n’est « jamais tout blanc ou tout noir, positif ou négatif, risqué ou sûr ». L’idée selon lui serait plutôt de recadrer en continu son portefeuille sur tout un éventail de risques, allant d’agressif à défensif. Nous sommes entièrement de cet avis.

Les médias adorent les appels du marché. Ils aiment les experts qui incitent à « vendre immédiatement », à « acheter maintenant » ou à « être réactif », etc. Nous ne pensons pas que qui que ce soit puisse être aussi catégorique. La majeure partie du temps, la mesure correcte à prendre est à mi-chemin entre les deux. Nous ne pouvons jamais savoir ce que le futur nous réserve, mais nous pouvons avoir une idée des résultats potentiels en observant nos résultats passés et en constatant notre état présent. Le montant que vous avez investi, vos expositions dans diverses classes d’actifs et secteurs et le risque présumé de chacun dans le contexte du marché actuel sont tous des éléments que nous pouvons prendre en considération.

Alors où en sommes-nous aujourd’hui ? De notre point de vue, les choses semblent un peu en effervescence. Toutefois, je le redis, ce n’est pas un appel du marché. Ce rebond pourrait continuer encore l’année prochaine, voire plus longtemps… qui pourrait bien le savoir ? En revanche, ce que nous savons de façon certaine, c’est notre situation par rapport au contexte historique.

Prenez les marchés actions par exemple. Le tableau ci-dessous montre le ratio cours/bénéfices (PER) ajusté du cycle économique, qui est une méthode pour évaluer la valeur des actions dans l’indice S&P 500.

 Le PER ajusté du cycle économique n’a atteint un niveau aussi élevé que trois fois dans son histoire : en 1929 (conduisant à la Grande Dépression), en 1999 (pendant la bulle Internet) et en 2007 (pendant la bulle de l’immobilier qui a entraîné la Grande Récession).

L’idée est que si nous ne pouvons pas prédire les baisses ou les hausses du marché, nous pouvons positionner nos portefeuilles avec une certaine prudence suivant le contexte. Le temps est peut-être venu aujourd’hui de réduire quelque peu notre prise de risque. Nous pensons que l’argent facile a déjà été gagné dans ce cycle.

Il est peut-être temps d’« ajuster les portefeuilles au risque » et de mettre l’accent sur des « marchés alpha » où le dur labeur et la compétence peuvent ajouter de la valeur aux rendements, sans pour autant s’exposer nettement plus aux risques.

Les « marchés bêta » de qualité qui pourraient offrir des rendements plus réguliers et à moindre risque sont, selon nous, en quantité limitée aujourd’hui. Comme Marks le soulignait, « tout dépend du prix… lorsque nous obtenons une valeur à bas prix, nous devrions être offensifs ; lorsque nous obtenons une valeur à prix élevé, nous devrions nous retirer ».

Les attentes en matière d’inflation semblent inchangées et sont même peut-être à la baisse. Nous aurions peut-être dû attendre de nouvelles données pour savoir si la récente baisse de l’inflation est réellement « passagère », comme semble le suggérer Janet Yallen de la Réserve fédérale (Fed). Peut-être pas. Seul le temps nous le dira.

 Hausse du Long/Short Equity Global

Nous sommes optimistes quant aux perspectives de l’investissement dans les long/short equity, malgré nos perspectives mesurées sur des niveaux globaux de marché. Nous avons changé notre fusil d’épaule en passant des actions européennes aux actions internationales non sectorielles.

Selon nous, certaines tendances comme les actions réagissant aux fondamentaux, aux corrélations d’actions plus basses et à une dispersion accrue devraient sans doute toujours faire face à des vents contraires pour la performance long/short equity au cours des 12 prochains mois. Les bénéfices des entreprises et la croissance économique restent également solides, notamment aux États-Unis.

De plus, l’augmentation des taux d’intérêt a entraîné de courtes remises qui se sont avérées positives pour de nombreux gestionnaires, pour la première fois en plus de huit ans. Nous pensons que cette tendance devrait persister.

La Fed et d’autres banques centrales ont injecté énormément de liquidités dans le système depuis 2008, comprimant les spreads à l’échelle mondiale et stimulant réellement les flux d’actifs à risque. Selon nous, cette politique arrive à son terme et quand ce sera véritablement le cas, les marchés connaîtront un point d’inflexion.

Tout comme la Fed, la Banque d’Angleterre a télégraphié au marché qu’elle allait sortir des liquidités du système. Nous nous attendons à ce que la Banque centrale européenne fasse de même.

Relative Value – Obligataire

De notre point de vue, le marché du haut rendement n’a jamais été aussi sensible aux taux d’intérêt. Les investisseurs ont été bercés de complaisance, unanimement convaincus que les taux resteraient bas à long terme. Nous sommes très loin du climat qui régnait lors de l’élection du président américain Donald Trump.

Alors que les taux sont restés bas, la duration[1] est toujours un risque significatif prévalent dans de nombreux portefeuilles d’investisseurs obligataires. Nous pensons que les gestionnaires de Relative Value obligataire, comme les gestionnaires de long/short credit, sont bien positionnés pour limiter ce risque compte tenu de leurs portefeuilles à duration plus courte. Nous nous attendons à ce que ces gestionnaires puissent générer de l’alpha en augmentant la dispersion du secteur lorsque les taux monteront, comme nous l’espérons.

Conseiller macro en commerce de marchandises (CTA) en progression

Nous définissons la global macro CTA comme un suivi de tendance et un investissement systématique de moyen à long terme. Nous pensons qu’il s’agit là d’une période intéressante pour être dans la stratégie, parce que nous commençons à peine à sortir d’une baisse technique. Suivant notre expérience, c’est l’un des meilleurs points d’entrée pour être dans la stratégie. L’indice Btop50 Macro/CTA a eu quatre replis importants au cours des 30 ans de son histoire, et nous avons touché le fond de la cinquième baisse le 30 juin 2017.[2] Nous considérons que la reprise a déjà commencé, dès juillet et août 2017. La reprise moyenne du plus bas des quatre principaux replis représentait 21,8 % des 12 mois suivants.[3] Les performances passées ne peuvent bien évidemment pas garantir les résultats futurs.

En bref, les stratégies sont selon nous entrées dans une phase de reprise, bénéficiant de marchés plus haussiers et d’un meilleur environnement de corrélation.

Vous pouvez en savoir plus sur les types de stratégies alternatives auxquelles il est fait référence ici ainsi qu’à d’autres stratégies dans notre blog précédent, « Solidifier un cas pour les fonds alternatifs liquides. »

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears .

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations contenues dans ce document sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Elles ne constituent pas une analyse complète des événements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation du lecteur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse, et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total investi. Investir dans ces types de stratégies alternatives expose aux mêmes risques de marché que ceux auxquels sont soumises les entités investissant dans tous types d’instruments, y compris à la volatilité. Rien ne permet de garantir que les stratégies d’investissement utilisées par les gérants de stratégies alternatives liquides seront performantes. Le risque qu’une opération entraîne une perte si les attentes du gérant ne se concrétisent pas demeure toujours une possibilité. Les perspectives des stratégies alternatives sont déterminées relativement à d’autres stratégies alternatives et ne représentent pas une opinion sur une performance absolue future anticipée ou sur le risque d’une stratégie ou d’une sous-stratégie. La conviction est déterminée par le groupe de recherche K2 en fonction de divers facteurs jugés pertinents par le ou les analystes couvrant la stratégie ou la sous-stratégie, et peut évoluer avec le temps à la seule discrétion des analystes.

[1] La duration permet d’évaluer la sensibilité d’une obligation aux variations des taux d’intérêt.

[2] Source : Bloomberg LP. Données de janvier 1987 à août 2017. Voir www.franklintempletondatasources.com pour des informations supplémentaires sur le fournisseur de données. Les indices ne font l’objet d’aucune gestion et il n’est pas possible d’y investir directement. Ils ne tiennent pas compte des frais, dépenses ou droits d’entrée. Les performances passées ne constituent pas un indicateur ni une garantie des performances futures.

[3] Ibid.