Beyond Bulls & Bears

Obligations

La Fed toujours en mode resserrement en mars

La Réserve fédérale américaine a maintenu sa politique de resserrement lors de sa dernière réunion sur la politique monétaire en mars, relevant son taux directeur pour la sixième fois depuis décembre 2015. Chris Molumphy, directeur des investissements du Franklin Templeton Fixed Income Group, livre son point de vue sur les conséquences pour les marchés, et explique pourquoi il estime plus important que les investisseurs se concentrent sur les fondamentaux (solides) de l’économie américaine plutôt que sur le nombre exact de hausses de taux au cours de l’année.

This post is also available in: Anglais Italien Allemand

Un message de continuité avec Powell à la barre

Lors de sa réunion de mars sur la politique monétaire, la Réserve fédérale (Fed) a relevé son taux directeur, le taux des Fed Funds, de 25 points de base, ce qui l’a positionné entre 1,50 % et 1,75 %. C’était bien le résultat que les marchés attendaient.

Cette réunion a été la première de Jerome Powell en tant que président de la Fed ; de nombreux spécialistes étaient donc impatients de voir si son approche ou style de communication diffèreraient. Bien que ses commentaires aient été un peu plus concis que ceux de sa prédécesseure Janet Yellen, il ne nous a pas semblé que son discours ou son approche s’en détournaient radicalement. Le point à retenir de cette réunion est le message de continuité et le fait que les marchés semblent s’en accommoder.

Les observateurs analyseront minutieusement les entrelignes du discours de Powell, ainsi que les prévisions économiques de la Fed afin d’essayer de comprendre ce qui s’ensuivra, mais la Fed semble maintenir une approche progressive et fondée sur les données en matière de prise de décisions. Les déclarations officielles de la Fed changent rarement d’une réunion à l’autre, mais elles ont néanmoins fait état de perspectives économiques plus solides ces derniers mois, ce qui est digne de mention.

Les projections économiques reflètent des fondamentaux solides

 La Fed actualise ses projections économiques tous les trimestres, et une amélioration des fondamentaux économiques américains a été ressentie.

  • La Fed a relevé sa projection de croissance pour 2018 à 2,7 % par rapport à la précédente de 2,5 %.
  • Les projections de la Fed concernant l’inflation (fondées sur les dépenses de consommation des ménages) sont restées inchangées, à 1,9 % pour 2018, mais une hausse progressive jusqu’à 2 % est attendue en 2019.
  • Les projections de la Fed concernant le taux de chômage pour 2018 ont enregistré une légère baisse, à 3,8 % contre les 3,9 % précédents.
  • La Fed a conservé sa projection de trois relèvements des taux d’intérêt en 2018, ce qui place le taux des Fed Funds à 2,1 %, mais elle prévoit que celui-ci atteindra les 2,9 % d’ici la fin 2019, soit un peu plus que sa prévision initiale de 2,7 %.

Ces derniers temps, les spécialistes se demandent si la Fed relèvera les taux d’intérêt trois fois cette année, ou s’il y aura en réalité quatre hausses. Le « graphique à points » de la Fed récemment mis à jour et traçant la trajectoire de la politique monétaire reflète toujours un total de trois hausses des taux cette année, dernier mouvement compris.

Bien que les projections pour 2019 et 2020 annoncent un rythme de resserrement plus agressif que celles communiquées en décembre, la cadence reste modérée.

Selon nous, il n’est peut-être pas si pertinent que cela de savoir si les taux seront relevés trois ou quatre fois dans l’année. Les dirigeants de la Fed ont fait savoir à plusieurs reprises que leurs actions sont fondées sur les données les plus récentes, et que les projections ne sont que des lignes directrices.

Ce qui importe le plus sont les fondamentaux économiques, et l’économie américaine nous semble bien solide. Les perspectives de croissance économique pour 2018 et début 2019 semblent très favorables, la réforme fiscale constituant un point d’appui, au même titre que certaines mesures de relance budgétaire à court terme.

Le marché de l’emploi reste dynamique. Comme l’a observé le président de la Fed, 240 000 emplois ont été créés en moyenne par mois au cours des trois derniers mois. La confiance des ménages est, elle aussi, vigoureuse. La réforme fiscale devrait bénéficier à l’environnement au sein des entreprises. Le climat de croissance mondiale, quant à lui, semble encourageant.

Le risque de hausse de l’inflation

 Étant donné ce recul économique raisonnable, un risque de hausse de l’inflation plus rapide que ne le prévoit la Fed se pose. Au début de cette année, le marché actions a subi une volatilité accrue dans un contexte de crainte que cette inflation—et les taux d’intérêt—n’augmentent trop fortement, trop rapidement.

Bien que nous prévoyions que les taux d’intérêt et l’inflation soient susceptibles de poursuivre leur ascension, leur hausse devrait être progressive, et cela ne devrait pas porter atteinte aux marchés. La Fed ne fait part d’aucun signe d’accélération de l’inflation, ce qui est de bon augure pour les investisseurs, étant donné les projections d’un recul accentué de l’économie.

Certains débattent d’un éventuel taux de 2,9 % à plus long terme (une légère hausse par rapport au chiffre précédent de 2,8 %). Ce taux reste faible en termes historiques, et ne devrait pas faire l’objet de trop d’inquiétude parmi les investisseurs.

 

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les renseignements contenus dans ce document sont valables à leur date de publication, peuvent changer sans préavis et ne constituent pas une analyse complète de tous les événements substantiels survenant dans les divers pays, régions, marchés ou investissements.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

 CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur d’un portefeuille obligataire peut reculer. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Ces risques sont supérieurs pour les investissements sur les marchés émergents, auxquels s’ajoutent les risques liés à la plus petite taille de ces marchés, à leur liquidité inférieure et à l’absence de cadre juridique, politique, commercial et social propice aux marchés boursiers.