Beyond Bulls & Bears

Actions

Titres convertibles : ne croyez pas tout ce que vous entendez

Des marchés volatils peuvent confronter tous les types d’investisseurs à des vents contraires. Cependant, Alan Muschott, du Franklin Equity Group, plaide en faveur des titres convertibles, une classe d’actifs hybride capable, selon lui, de s’adapter à des conditions de marché variées. Il partage aussi son avis sur certains malentendus au sujet de cet investissement unique auquel les investisseurs pourraient vouloir s’intéresser.

This post is also available in: Anglais Italien Allemand Espagnol

Depuis l’effondrement du marché boursier américain au quatrième trimestre 2018, de nombreux investisseurs nous ont demandé comment les titres convertibles s’étaient comportés dans la tourmente. Émis par des sociétés qui cherchent à augmenter leur capital, ces placements hybrides sont généralement structurés sous forme de titres de créance ou d’actions préférentielles comportant une option qui permet leur conversion en actions ordinaires dans certaines conditions préétablies.

Selon notre analyse, les titres convertibles ont généralement surperformé leurs actions sous-jacentes au cours du quatrième trimestre, lorsque le marché boursier américain a connu son déclin le plus abrupt. Cela ne nous surprend pas, car les titres convertibles ont tendance à générer de bonnes performances lorsque la volatilité boursière est supérieure à la moyenne.

Pendant les périodes où le marché boursier global est à la baisse, la composante à revenu fixe des titres convertibles tend à offrir une certaine protection contre l’érosion de la valeur. Inversement, si le cours de l’action ordinaire d’une entreprise augmente, la valeur du titre convertible a tendance à suivre le mouvement grâce à l’option de conversion.

Cependant, en tant qu’investisseurs à long terme, notre vision globale des titres convertibles ne change pas d’un trimestre à l’autre ou en période de volatilité des marchés. La durée de vie moyenne d’un titre convertible est d’environ cinq ans avant conversion, et nous les conservons souvent jusqu’à maturité, quelles que soient les fluctuations du marché dans l’intervalle.

Nous pensons que les obligations convertibles peuvent être attrayantes dans divers environnements, y compris les marchés haussiers, en raison de la relation de prix asymétrique potentielle avec l’action ordinaire sous-jacente.

Souvent appelés convertibles « équilibrés », ceux dont le delta (mesure de la sensibilité des actions) est proche du milieu de la fourchette qui va de 0,0 à 1,0 peuvent mieux répercuter la hausse des actions d’un émetteur que leur baisse. Ces titres convertibles sont nos préférés, car ils possèdent la qualité que nous apprécions le plus dans cette classe d’actifs.

Nous estimons que cette capacité d’adaptation à une multitude de conditions de marché peut rendre les obligations convertibles attrayantes lorsque l’on cherche à augmenter le niveau de diversification d’un portefeuille. Néanmoins, nous avons constaté qu’il existe quelques malentendus au sujet de cette catégorie de placement hybride à laquelle les investisseurs pourraient vouloir s’intéresser.

Les titres convertibles défient les étiquettes

Dans certaines régions du monde, il semble que de nombreux investisseurs considèrent les titres convertibles mondiaux comme un placement à revenu fixe. Or, nous estimons que cette définition est loin d’être complète.

Comme nous l’écrivions dans cet article, les titres convertibles constituent une classe d’actifs unique dans le monde des placements et peuvent combiner, pour les investisseurs, le potentiel de croissance des actions ordinaires et le revenu garanti par les obligations. En raison de ces caractéristiques uniques, les titres convertibles peuvent se définir comme des titres à revenu fixe, des titres de capital, ou comme une classe d’actifs distincte.

La plupart des titres convertibles sont émis aux États-Unis

Lorsque nous analysons les titres convertibles mondiaux, notre approche diffère de celle de nos pairs. Nous ne basons pas nos positions sur un indice de référence, qui a tendance à accorder une pondération égale aux marchés américain, européen et asiatique. Cela peut surprendre certains investisseurs en Europe ou en Asie, qui pensent que nous devrions être plus exposés à leur pays d’origine.

Selon nous, pondérer ces marchés à égalité ne reflète pas le marché réel. Comme le montre le graphique ci-dessous, les États-Unis représentent environ 60 % des émissions sur le marché mondial des titres convertibles. Nous nous approvisionnons souvent sur le marché primaire, car les titres nouvellement émis présentent les caractéristiques équilibrées que nous recherchons. Par conséquent, nous avons tendance à être plus exposés aux titres convertibles américains que bon nombre de nos pairs.

Quelles sont les implications en matière d’investissement ?

L’univers des titres convertibles mondiaux s’oriente également vers des secteurs à plus forte croissance comme les technologies de l’information, les soins de santé et les biens de consommation discrétionnaire. Heureusement, ce sont là autant de secteurs où nous identifions des moteurs de croissance convaincants au cours des prochaines années.

Nous constatons que la technologie constitue de plus en plus une dépense non cyclique pour de nombreuses entreprises et industries. Plus spécifiquement, nous apprécions certains titres convertibles dans le cadre de thèmes de croissance, comme les logiciels à la demande. De nombreuses entreprises manquent souvent d’expertise, de personnel et de ressources pour développer cette technologie en interne, ce qui crée des opportunités pour les spécialistes du cloud computing et du logiciel-service.

Par ailleurs, nous continuons à identifier des opportunités parmi les entreprises qui font preuve d’un haut niveau d’innovation dans le domaine des soins de santé. Grâce à des organismes de réglementation accommodants et à des méthodes et cibles innovantes en matière d’administration de nouveaux médicaments, nous assistons à une vague continue d’innovation dans l’univers des soins de santé.

Encadré : Trois bonnes raisons d’envisager un investissement dans des titres convertibles

  1. Un potentiel de diversification supplémentaire. Historiquement, les convertibles ont généralement présenté une faible corrélation avec les obligations et une corrélation imparfaite avec les actions. Dans l’optique de l’investisseur, cela permet d’augmenter la diversification du portefeuille, de contenir la volatilité et d’améliorer le profil de risque global d’un portefeuille. Il convient de noter que la diversification n’est pas une garantie de gain ou de protection contre le risque de pertes.
  2. Un potentiel attrayant de rendements à long terme, ajustés au risque. Les détracteurs soulignent que la valeur des titres convertibles n’augmente pas aussi vite que celle des actions en contexte de hausse des marchés et que leur protection contre la baisse n’équivaut pas à celle des obligations en cas de recul des marchés. Néanmoins, historiquement, ils ont généré des rendements à long terme ajustés au risque attrayants par rapport aux actions et obligations.
  3. Un ensemble d’opportunités solides et diversifiées. La nature flexible des convertibles les rend intéressants pour bon nombre d’investisseurs. Dans leur ensemble, les convertibles ont présenté un profil de rendement/risque attrayant par le passé, mais au sein de leur groupe, il existe une forte variation du niveau de risque, de la sensibilité aux mouvements du sous-jacent et du potentiel de participation à la hausse. Les titres convertibles sont diversifiés sur toutes les notations de crédit, capitalisations boursières, caractéristiques d’investissement et tous les secteurs.

 

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé, ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse, et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total investi. D’une manière générale, les investissements offrant des performances potentielles plus élevées sont associés à un risque également plus élevé. Les cours des actions fluctuent, parfois de manière rapide et spectaculaire, en raison de facteurs affectant certaines entreprises, des industries ou secteurs particuliers ou la conjoncture générale du marché. Les investissements dans des secteurs à forte croissance tels que le secteur technologique (historiquement volatil) pourraient se traduire par une plus grande fluctuation des cours, notamment à court terme. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé aux taux d’intérêt. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur des obligations détenues au sein d’un portefeuille peut reculer et la valeur des parts peut diminuer. Des rendements élevés reflètent un risque de crédit supplémentaire pris pour investir dans des titres moins bien notés et pour compenser dans certains cas la faiblesse de leur prix de marché. Les titres convertibles tendent à se comporter plutôt comme une action lorsque le prix de l’action sous-jacente est plus élevé que le prix de conversion (parce que la valeur du titre réside davantage dans l’option de conversion) et plutôt comme un titre de créance lorsque le prix de l’action sous-jacente est inférieur au prix de conversion (parce que l’option de conversion a moins de valeur). Un titre convertible n’est pas aussi sensible aux variations de taux d’intérêt qu’un titre de créance similaire non convertible et il offre généralement moins de potentiel de profit ou de perte que l’action sous-jacente. La diversification n’est pas une garantie de gain ou de protection contre le risque de pertes.