Beyond Bulls & Bears

Obligations

Theresa May confirme la date de son départ, mais qu’est-ce que cela pourrait signifier pour les investisseurs ?

La Première ministre britannique Theresa May a finalement confirmé sa date de démission, après avoir essuyé les critiques croissantes des membres de son propre parti. Selon David Zahn, notre Responsable Taux Europe, cette situation a pour effet d’augmenter considérablement la probabilité que le Royaume-Uni se retire de l’Union Européenne sans accord. Il s’attend à une réaction négative du marché, mais soutient qu’il pourrait y avoir des occasions pour les gestionnaires actifs.

This post is also available in: Anglais

Nous pensons que les marchés réagiront négativement à court terme à la confirmation du départ de Theresa May en tant que Première ministre britannique et chef du Parti conservateur.

Bien des incertitudes reposent maintenant sur l’identité de son successeur. Mais nous pensons que la probabilité que le Royaume-Uni se retire de l’UE sans accord sur ses futures relations commerciales est bien plus élevée ; au plus tard le 31 octobre 2019.

Étant donné le sentiment du Parti conservateur, nous nous attendons à ce que le nouveau chef vienne de l’aile eurosceptique et qu’il adopte une position plus ferme sur le Brexit.

Mais quel que soit le successeur de Theresa May, nous estimons qu’il n’aura pas le temps de renégocier un nouvel accord avec Bruxelles. Toute nouvelle reconduction du Brexit nécessiterait à nouveau l’approbation des 27 États membres de l’UE, qui se sont déjà montrés réticents à tout compromis supplémentaire.

Il se pourrait que le nouveau Premier ministre retire unilatéralement l’article 50, annulant ainsi le Brexit, mais nous ne pensons pas que les principaux candidats à ce poste soient intéressés par un tel scénario.

Si le Royaume-Uni se prépare à quitter l’UE sans un accord, nous pensons que la vraie question est de savoir dans quelle mesure les deux parties sont capables de limiter les conséquences négatives d’un Brexit sans négociation.

Nous avons déjà vu les autorités européennes indiquer qu’elles souhaiteraient que certaines procédures actuelles restent en place, jusqu’à ce qu’elles puissent négocier des accords de remplacement appropriés. Cette tendance à la prolongation temporaire des mesures actuelles pourrait s’intensifier, car si la croissance européenne reste léthargique, les autorités ne voudront rien qui puisse la ralentir davantage.

Les Gilts et la Livre Sterling examinés à la loupe

Les marchés seront probablement très agités pendant un certain temps, les investisseurs attendant des nouvelles sur la désignation d’un nouveau leader, la possibilité d’une nouvelle élection et toute manœuvre ultime pour obtenir un accord.

Nous croyons que les rendements des obligations d’État diminueront probablement de manière significative et que la Livre sterling continuera probablement à baisser, alors que les marchés britanniques et européens entrent dans une période d’incertitude toujours plus grande.

La Banque d’Angleterre pourrait répondre

L’économie britannique souffrira certainement de l’incertitude accrue, car le Royaume-Uni et l’UE se préparent de plus en plus à une situation sans accord. Le Monetary Policy Committee de la Banque d’Angleterre réagira probablement en conséquence. Nous nous attendrions à ce que le comité fasse preuve de plus de souplesse. La Banque d’Angleterre pourrait même envisager de relancer son programme d’assouplissement quantitatif.

Un rôle pour la gestion active ?

Dans ce contexte, nous réitérons notre opinion qu’il est logique pour les investisseurs d’adopter une approche de gestion active de leurs portefeuilles obligataires.

Certains investisseurs devront probablement réagir aux nouvelles en provenance de Westminster et de Bruxelles.

Il est peut-être difficile de bien comprendre ce qui se passe, mais pour les investisseurs qui le peuvent, nous pensons qu’il peut y avoir une occasion d’ajouter de la valeur à leur portefeuille.

 

Mentions légales importantes

Les commentaires, opinions et analyses du présent document sont communiqués à titre d’information uniquement ; ils ne sauraient être considérés comme un conseil d’investissement individuel ou comme une recommandation d’investir dans un quelconque titre ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Les présentes ne constituent pas une analyse exhaustive de tous les aspects importants d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un investissement ou d’une stratégie.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé, ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur d’un portefeuille obligataire peut reculer. Les stratégies de gestion active pourraient subir des pertes si le choix du gestionnaire d’actifs concernant les marchés, les taux d’intérêt ou l’attrait, les valeurs relatives, la liquidité ou l’appréciation potentielle d’investissements particuliers effectués pour un portefeuille s’avérait incorrect. Les stratégies de gestion active pourraient subir des pertes si le choix du gestionnaire d’actifs concernant les marchés, les taux d’intérêt ou l’attrait, les valeurs relatives, la liquidité ou l’appréciation potentielle d’investissements particuliers effectués pour un portefeuille s’avérait incorrect. Rien ne garantit que les méthodes ou les décisions d’investissement du gestionnaire d’actifs produiront les résultats escomptés. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique.

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.