Beyond Bulls & Bears

Perspectives

Rester agile dans un contexte d’incertitude

Au troisième trimestre 2019, des périodes de volatilité ont affecté les marchés à travers le monde à cause des incertitudes persistantes quant à la croissance et au commerce mondiaux. Les banques centrales en ont pris acte : pour la première fois depuis plus de dix ans, la Réserve fédérale américaine a réduit son taux directeur, tandis que la BCE a diminué elle aussi ses taux tout en relançant l’assouplissement quantitatif. Dans ce contexte, nos responsables des investissements expliquent pourquoi ils ne prévoient aucune récession à court terme, tout en adoptant néanmoins une approche à la fois prudente et souple.

This post is also available in: Anglais Allemand Espagnol Polonais

Voici quelques éléments clés de leurs points de vue. Pour obtenir les analyses détaillées de nos spécialistes de l’investissement les plus expérimentés, consultez notre page Perspectives mondiales d’investissement.

Sujets de discussion abordés :

  • Récession : distinguer les faits des craintes
  • Les conséquences de la politique monétaire
  • Les risques géopolitiques passent à l’avant-plan
  • Chocs potentiels

Global macro

  • Il y a dix ans, l’idée que les banques centrales réduiraient leurs taux d’intérêt en présence d’une augmentation des salaires, d’un chômage au plancher et d’une croissance économique raisonnable, aurait paru assez peu conventionnelle. Nous sommes tout bonnement incapables de prédire certains résultats de cette expérience.
  • Dans la perspective du ralentissement économique qui finira par survenir, nous nous interrogeons : « Quels sont les outils de politique qui restent pour relancer la croissance ? » Les gouvernements ont déjà dépensé de l’argent et les banques centrales ont déjà réduit les taux d’intérêt à titre préventif pour réagir à un choc potentiel qui ne s’est pas encore produit, de sorte que les décideurs sont à court d’outils.
  • Nous devons nous demander si des taux d’intérêt exceptionnellement bas ne poussent pas les investisseurs qui recherchent de meilleurs rendements vers des actifs plus risqués à des valorisations plus élevées et peut-être moins liquides. Il est certainement avisé de construire un portefeuille plus prudent, car quand on regarde l’horizon, il est difficile d’imaginer une période de stabilité géopolitique, du moins à court terme. Nous pensons qu’il est important que les investisseurs soient agiles, c’est-à-dire qu’ils se positionnent activement pour faire face à des risques plus élevés à l’avenir.
  • Les valorisations tendues, le manque d’instruments politiques dont disposent les banques centrales et les ministères des Finances pour contrer une inévitable baisse des cours et la diminution de la liquidité des marchés parce que les investisseurs achètent des actifs plus risqués sont autant de conditions qui contribuent à un potentiel embrasement des marchés.

Solutions multi-actifs

  • Dans l’immédiat, le principal problème est l’incertitude de la politique économique. Pas seulement du point de vue de son impact sur l’économie réelle mais aussi, et c’est peut-être encore plus important, avec la question de savoir comment on pourrait le résoudre… ou à quel point elle pourrait s’aggraver. L’incertitude entourant les échanges commerciaux a quelque peu restreint les perspectives pour les actions.
  • Je pense que nous devons chercher à identifier les forces qui ont ralenti la performance du marché. Si l’incertitude s’accroît au point que les entreprises commencent réellement à réduire leurs dépenses en capital, cela pourrait être un mécanisme autoréalisateur qui freine la croissance.
  • L’unique choc ou variable qui, à mon avis, pourrait avoir une incidence réelle sur les marchés financiers serait une détérioration de la confiance des consommateurs. Le consommateur a été une force dans l’économie américaine et mondiale. Nous voyons que la croissance de l’emploi et des salaires se poursuit. Mais l’incertitude liée au commerce pourrait-elle peser sur le sentiment des consommateurs et des entreprises au point de provoquer d’importantes failles ?
  • En tant qu’investisseurs multi-actifs, lorsque nous regardons les taux souverains négatifs dans le monde et les très faibles rendements absolus dans un large éventail de secteurs obligataires aux États-Unis, il arrive un moment où nous devons nous demander où sont les alternatives. Les temps sont difficiles pour les investisseurs.

Obligations

  • Je ne vois pas comment les choses pourraient bien se terminer quand les banques centrales – en particulier la Réserve fédérale américaine, la Fed – semblent vouloir se protéger contre une menace perçue de déflation et continuent à pousser les investisseurs vers des actifs plus risqués et moins liquides. Avec un taux de chômage historiquement bas aux États-Unis, la Fed semble anticiper une situation déflationniste apparemment hypothétique. Compte tenu de la croissance des salaires combinée à l’impact des tarifs douaniers entre les États-Unis et la Chine, il faudra à un moment où un autre envisager une hausse de l’inflation.
  • Nous continuons à observer une croissance très robuste des salaires. Ainsi, même si l’on pourrait assister à une récession des bénéfices, si elle n’est pas déjà là, je ne suis pas sûre que cela se traduise à court terme par une récession de l’économie réelle aux États-Unis.
  • Il faut que les investisseurs revoient leurs attentes, car nous traversons une période où les taux des obligations sont incroyablement bas. Il est en outre difficile – et peu réaliste – de vouloir générer le type de rendement auquel les investisseurs se sont habitués sans risque ni volatilité.
  • Le populisme social est une préoccupation majeure. Certaines idées, que je considère comme effrayantes, circulent. Par exemple, la théorie monétaire moderne dit essentiellement que la banque centrale devrait et peut continuer à imprimer de la monnaie pour financer les déficits, ce qui est censé financer le revenu de base universel ou autre chose. J’estime que c’est une approche vraiment dangereuse.

Actions

  • Du point de vue des actions, nous sommes également très prudents, même si nous identifions de nombreuses opportunités sur les marchés mondiaux. Je pense qu’à ce stade, les actions sont une opportunité au niveau du rendement. Le rendement sur les bénéfices reste beaucoup plus élevé que celui des obligations.
  • Suite aux rachats d’actions, la croissance du BPA a supplanté celle des bénéfices absolus, surtout aux États-Unis. Ces rachats ont réellement soutenu le marché, du moins aux États-Unis.
  • Je suis toujours étonné de la capacité des entreprises à s’adapter à divers environnements ; par contre, elles restent pantoises face à l’incertitude. On voit émerger de nombreux risques géopolitiques qui pourraient encore aggraver l’incertitude. Cela dit, les risques ou les changements géopolitiques peuvent aussi créer de nouvelles opportunités. Par exemple, au niveau du Brexit et du marché britannique, on voit que des entreprises se sont adaptées ou seront capables de le faire, et qu’elles devraient bien s’en sortir quoi qu’il arrive.
  • S’il y a des chocs, nous pensons qu’ils prendront la forme d’un manque de liquidité du marché. C’est quelque chose dont il faut s’inquiéter.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé aux taux d’intérêt. Autrement dit, à mesure que le cours des obligations s’ajuste à une hausse des taux d’intérêt, le prix de la part est susceptible de baisser. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques liés notamment aux fluctuations des taux de change, à l’instabilité économique et à l’évolution de la situation politique. Ces risques sont accrus pour les investissements sur les marchés émergents, auxquels s’ajoutent les risques liés à la plus petite taille de ces marchés, à leur liquidité inférieure et à l’absence de cadre juridique, politique, commercial et social propice aux marchés boursiers. De tels investissements peuvent connaître une volatilité importante des prix pendant une année donnée. Des rendements élevés reflètent un risque de crédit supplémentaire pris pour investir dans des titres dont la note est inférieure et pour compenser dans certains cas leur plus faible valorisation. Le prix et le rendement de l’action risquent d’être pénalisés par des variations de taux d’intérêt. Les cours des actions fluctuent, parfois de manière rapide et spectaculaire, en raison de facteurs affectant certaines entreprises, des industries ou secteurs particuliers ou la conjoncture générale du marché. S’ils sont détenus jusqu’à l’échéance, les bons du Trésor offrent un taux et une valeur nominale fixes ; le paiement de leurs intérêts et de leur capital est garanti.

Mentions Légales Importantes

Ce document est fourni uniquement dans l’intérêt général et ne saurait constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Il ne constitue pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal.

Les opinions exprimées dans ce document sont celles des gérants et les commentaires, analyses et opinions sont valables à la date de la publication et peuvent être modifiés sans préavis. Les informations contenues dans ces documents ne constituent pas une analyse complète des événements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. 

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes dues à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, analyses et opinions contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur.

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier ou votre interlocuteur de Franklin Templeton Institutional pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Consultez le site www.franklinresources.com pour accéder au site Internet Franklin Templeton de votre région.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.