Beyond Bulls & Bears

Rencontre avec le gérant: Ed Perks

Cet article est également disponible en: Anglais Italien

Lorsqu’il était à l’Université, Ed Perks était très doué en football américain et s’est illustré au poste de kicker au sein de l’équipe de Yale. Et depuis 21 ans, c’est au service de l’équipe Franklin Templeton qu’il marque des points !

Ed Perks est entré en 1992 chez Franklin Templeton, où il occupe actuellement les fonctions de Directeur de la gestion de portefeuille au sein du groupe Franklin Equity. Beyond Bulls & Bears s’est entretenu avec lui pour recueillir son opinion sur sa stratégie en tant que gérant d’une de nos offres vedettes, et pour savoir quelles sont les leçons qu’il a apprises de ses mentors.

Ed Perks, CFA®

Directeur de la gestion de portefeuille, Groupe Franklin Equity

Chez Franklin Templeton depuis 1992

 

Beyond Bulls & Bears : D’où vient votre intérêt pour le secteur de la gestion d’actifs ?

Ed Perks : Je crois que ça remonte à ma jeunesse à New York et à ma proximité avec les marchés financiers. À l’Université, j’ai pu acquérir plus de connaissances sur la gestion d’actifs, et c’est là que j’ai vraiment décidé de poursuivre ma carrière dans ce secteur. En 1992, j’ai déménagé en Californie et je suis rentré chez Franklin Templeton, une société solide où je savais que j’en apprendrais plus.

Beyond Bulls & Bears : Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu depuis que vous êtes gérant de portefeuille ?

Ed Perks : J’ai reçu beaucoup de conseils ; certains utiles, d’autres moins. Je pense que le meilleur conseil qu’on m’ait donné est de ne pas abandonner mon objectif même dans un environnement vraiment difficile. Ce conseil me vient de Charlie Johnson, et il m’a permis de rester concentré au fil d’environnements de marché très différents ; nous rencontrons tous des difficultés de temps à autres, mais dans ces situations, j’essaie de ne jamais perdre de vue mon objectif.
Beyond Bulls & Bears : Comment gérez-vous les pressions liées à votre profession ? Beaucoup d’investisseurs comptent sur vous pour créer de la performance.
Ed Perks : Je pense que chacun gère la pression à sa manière, et qu’il existe en plus différents types de pressions. J’ai la chance de pouvoir compter sur une équipe exceptionnelle et je pense qu’il faut toujours essayer d’aller plus loin, en faisant usage de nos ressources pour comprendre ce qui se passe sur les marchés et comment cela affectera nos portefeuilles. C’est comme ça que j’essaie de gérer les pressions de la profession, en sachant que je bénéficie de l’aide d’un groupe de personnes extraordinaires qui ne veulent que le meilleur pour nos clients.

Beyond Bulls & Bears : Quel est le plus difficile dans votre travail, et le plus gratifiant ?

Ed Perks : Le plus difficile, ce sont les situations délicates dans lesquelles nous nous trouvons de temps à autres : par exemple, depuis environ dix ans, les marchés sont particulièrement instables. Dans mes stratégies, je cherche à obtenir le juste niveau de diversification, mais cela n’est pas toujours efficace dans certains environnements de marché. Nous connaissons alors des temps difficiles. Je pense qu’on essaie de surmonter ces épreuves en restant concentrés sur le processus et sur l’approche qui ont déjà largement fait leurs preuves sur le long terme.

Le plus gratifiant, c’est lorsqu’on entend les témoignages individuels de conseillers financiers et d’investisseurs de longue date qui sont contents de nos services. J’ai l’impression d’être utile à un grand nombre de clients en les aidant à atteindre leurs objectifs.

Beyond Bulls & Bears : Qui admirez-vous le plus dans le monde de l’investissement ?

Ed Perks : J’ai eu le plaisir de travailler étroitement avec Charlie Johnson, ce qui m’a permis de me familiariser avec son approche. C’est vraiment quelqu’un qui a compté dans l’évolution de ma carrière. Malheureusement pour moi, je n’ai jamais rencontré Sir John Templeton, mais j’ai entendu ce que l’on dit sur lui et sur son approche d’investissement, avec laquelle je suis vraiment en phase. J’aime aussi lire tout ce que je peux sur différents investisseurs et leur vision des marchés.

Beyond Bulls & Bears : Qu’est-ce qui définit votre approche en tant que gérant de portefeuille ?

Ed Perks : J’aime vraiment ce que je fais. J’aime cette faculté d’observer différents marchés, d’émettre des jugements de valeur relative dans un environnement donné et de réaliser les investissements dont j’estime qu’ils produiront un revenu et une appréciation de leur cours de Bourse au fil du temps.

Beyond Bulls & Bears : Quels ont été les marchés les plus difficiles ou les plus mémorables auxquels vous ayez été confronté pendant votre carrière dans la gestion d’actifs ?

Ed Perks : Il y en a eu plusieurs. Il y a quelque temps, le boom des technologies et l’éclatement de la bulle à la fin des années 90 ont commencé par me donner du fil à retordre. Je n’étais pas particulièrement attiré par des actions qui se négociaient à des prix que je jugeais exorbitants, et mon objectif était plutôt de trouver du revenu et une appréciation potentielle. À la fin, quand la situation s’est dénouée et que mes fonctions ont évolué, j’ai trouvé des conditions dans lesquelles je me sentais plus à l’aise en tant qu’investisseur. C’est là une leçon importante que j’ai tirée de cette époque plutôt mémorable : ne pas aller contre mon instinct.

 Plus récemment, la crise financière de 2008-2009 a clairement figuré parmi les périodes les plus difficiles. Au jour le jour, il était très dur de prévoir ce qui se passait sur les marchés et comment cela allait évoluer. Ce qui m’a vraiment aidé, pendant cette période, c’est de garder à l’esprit l’une des premières leçons que j’ai apprises par rapport aux marchés : être attentif à ce qui se passe et à ce qui peut devenir une opportunité, et rester très concentré sur notre objectif pour les portefeuilles. Pendant les phases de forte incertitude à court terme, il faut penser à rester concentrés sur ce que nous essayons d’accomplir sur le long terme. Et nous devons aider les investisseurs à en faire de même.

 

Ed Perks sur le terrain. En 1989, il est le meilleur botteur (kicker) de la saison à Yale, et pendant ses matchs, il fut l’auteur d’un Field Goal de 47,5 mètres, soit l’un des plus longs de la Ivy League.

 Beyond Bulls & Bears : En dehors du travail, quels sont vos centres d’intérêt ou vos passions ?

Ed Perks : Je m’intéresse à beaucoup de choses. Je suis père de deux garçons et j’aime faire du sport avec eux. J’aime le paddle boarding, le kayak et le golf. De façon générale, le nord de la Californie permet de faire beaucoup d’activités extérieures, ce dont je profite largement.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

 Pour recevoir de brèves informations sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

 Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché. Les cours des obligations évoluent généralement à l’inverse des taux d’intérêt. De ce fait, à mesure que les cours des obligations s’ajustent à la hausse des taux d’intérêt, la valeur du portefeuille est susceptible de baisser. La valeur d’une obligation peut varier en fonction de l’assise financière de son émetteur ou de sa note de solvabilité. Les prêts à taux variable sont des instruments à plus fort rendement et de qualité plus faible, qui présentent un risque de défaut accru et peuvent donner lieu à une perte du principal. Ces instruments présentent un risque de crédit plus important que les titres investment grade. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché.