Beyond Bulls & Bears

Point de vue de Templeton depuis Pékin

Cet article est également disponible en: Anglais Néerlandais Italien

La semaine dernière, l’équipe de Templeton Global Equity Group a organisé des réunions en Chine pour comparer les différentes notes de recherche, discuter des marchés et explorer les opportunités d’investissement dans la région.

Norm Boersma, CFA, directeur des investissements du Templeton Global Equity Group, nous donne un aperçu de certains des thèmes abordés lors de ces réunions de recherche. 

 Norm Boersma aborde le ralentissement de la croissance du PIB chinois

« La Chine a connu une période exceptionnelle de croissance à deux chiffres, mais selon nous elle ne pourra pas se maintenir à mesure que son économie évolue. Je pense que les investisseurs prennent désormais conscience de ce que devrait être le nouveau taux standard de croissance de la Chine à terme. Les autorités chinoises semblent avancer le chiffre de 7,5 %, mais il est difficile de dire s’il est atteignable ou non. Les perspectives à long terme de la Chine nous semblent favorables ; nous ne nous inquiétons pas vraiment du tassement de sa croissance. En tant qu’adeptes de la sélection de valeurs bottom-up, nous ciblons les opportunités individuelles, mais nous sommes préoccupés par des problèmes spécifiques à certaines valeurs. Plusieurs entreprises publiques chinoises semblent être davantage des sources d’emplois que des sources de retour sur investissement pour les actionnaires. Par conséquent, en tant qu’investisseur, nous devons faire vraiment attention à ce que nous déboursons pour acheter leurs titres. Il n’y a pas beaucoup d’entreprises privées cotées en Chine, mais nous les surveillons activement.

« Sur le plan sectoriel, les valorisations des banques chinoises ont certes baissé, mais dans plusieurs cas les prêts pourraient être problématiques. Nous pourrions observer une augmentation des prêts non performants ; nous devons veiller à examiner minutieusement chaque opportunité d’investissement et faire en sorte de payer ce que nous estimons être le juste prix. Le marché a récemment légèrement rebondi, mais il s’est globalement inscrit en baisse, ce qui devrait nous offrir davantage d’opportunités. »

 L’arrêt de l’assouplissement quantitatif de la Fed

« L’arrêt du programme d’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale américaine aura un impact économique important. Les taux d’intérêt du monde entier sont faibles, principalement en raison des pressions des autorités sur les taux courts. Les dirigeants commencent à se pencher sur la question et à se dire qu’avec la reprise de la croissance, ils devraient cesser d’intervenir, afin de ne pas créer de problème d’inflation ou de bulle. 

Norm Boersma

« Compte tenu de la faiblesse des taux, des booms immobiliers sont probablement apparus par endroit, notamment dans certaines régions d’Asie et au Canada. Leur hausse pourrait par ailleurs engendrer des problèmes. C’est un phénomène économique naturel. Pour notre part, nous nous concentrons de nouveau sur des sociétés individuelles ; nous étudions les sociétés auxquelles nous sommes exposés et établissons des scénarios. Par exemple, si les taux étaient de 3 %, 4 % ou 5 %, quel serait l’impact sur les résultats de ces sociétés à long terme ? Les pressions sur le bilan de certaines des sociétés sur lesquelles nous sommes positionnés deviendront-elles problématiques ? Il faut simplement nous assurer de comprendre nos avoirs dans un contexte de hausse des taux et leur impact possible. La plupart du temps, nous nous concentrons plus particulièrement sur les sociétés qui génèrent des flux de trésorerie soutenus et dont les bilans sont solides. Le cas échéant, dans un contexte de hausse des taux, il est possible de bénéficier d’une rentabilité plus élevée sur ce cash, si bien qu’une telle hausse n’est pas toujours négative. »

 

Les opportunités en Europe

« Sur le front des valeurs, nous décelons de nombreuses opportunités. Le marché européen a globalement rebondi cette année, mais ses valorisations nous semblent toujours plus basses que celles du marché américain. Les investisseurs sont restés principalement préoccupés par les valeurs financières européennes, et notamment par leur solvabilité. Les problèmes liés au risque souverain en Europe ont engendré des inquiétudes autour du secteur bancaire, qui détient un grand nombre de ces obligations, ce qui a fait baisser les ratios de fonds propres. Les banques se sont recapitalisées et l’économie commence à se stabiliser. Ces dernières années, nous sommes parvenus à exploiter certaines opportunités observées dans ce secteur.

« Nous nous sommes également penchés sur les sociétés vraiment internationales en termes d’activités, mais qui ont été pénalisées au niveau des valorisations, car leur siège social est en Europe. Nous nous sommes alors dit qu’elles faisaient concurrence aux sociétés américaines, japonaises et asiatiques, avec des activités identiques, mais des valorisations bien plus basses. Il était donc logique pour nous de nous privilégier ce type d’opportunités. »

 

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir de brèves informations sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

 

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements sur les marchés émergents présentent des risques accrus liés aux mêmes facteurs.  L’incertitude politique actuelle autour de l’Union européenne (UE) et de ses pays membres peut accroître la volatilité boursière. L’instabilité financière affectant certains pays de l’UE, comme la Grèce, l’Italie et l’Espagne, ainsi que le risque de propagation à d’autres pays plus stables, peuvent accroître le risque économique lié à l’investissement dans des sociétés en Europe.

 CFA et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées appartenant au CFA Institute.