Beyond Bulls & Bears

Nouveau format des réunions de la BCE: implications pour les investisseurs

Cet article est également disponible en: Anglais Néerlandais Italien Allemand Espagnol Polonais

Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne vient de tenir sa dernière réunion mensuelle. En effet, à partir de janvier 2015 les assemblées lors desquelles sont décidés les niveaux des taux d’intérêt et d’autres paramètres affectant la stratégie économique de la zone euro n’auront plus lieu que toutes les six semaines. Cette annonce n’a pas provoqué beaucoup de remous ; mais pour David Zahn, gérant de portefeuille et responsable Taux Europe du Franklin Templeton Fixed Income Group®, il s’agit-là d’une étape majeure qui peut potentiellement avoir des implications importantes pour les investisseurs.

David Zahn
David Zahn

David Zahn, CFA®, FRM

Responsable Taux en Europe
Vice-président senior, gérant de portefeuille
Franklin Templeton Fixed Income Group®

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé de modifier la fréquence des réunions de son Conseil des gouverneurs, autrefois mensuelle : or cette décision devrait avoir des implications intéressantes pour les investisseurs, avec notamment, je le pense, la possibilité de réduire la volatilité provoquée par l’institut d’émission.

Traditionnellement, le Conseil des gouverneurs de la BCE, qui regroupe les gouverneurs des banques centrales nationales des 18 pays-membres de la zone euro ainsi que le Conseil exécutif de la BCE, se réunit le premier jeudi de chaque mois afin de statuer, puis de communiquer à propos des éventuels changements décidés dans la politique monétaire de la Banque centrale européenne. En juillet 2014, la Banque a discrètement fait part d’un changement à venir dans son calendrier afin de calquer davantage son approche sur celle de la Réserve fédérale américaine (Fed) avec un format de réunion toutes les six semaines.

D Zahn

Le Royaume-Uni a également proposé de rallonger le cycle des réunions du Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque d’Angleterre (BoE), mais cette proposition devra d’abord être approuvée par le Parlement et ne devrait pas s’appliquer avant 2016. Cela n’en est pas moins intéressant, car à terme, il se pourrait que les décisions régulières de la BCE, du MPC et de la Fed interviennent chacune à une semaine d’intervalle.

À plus court terme, la proximité accrue des réunions de la BCE et de la Fed ne revêt pas forcément autant d’importance, dans la mesure où les deux banques pratiquent des politiques monétaires divergentes ; à plus long terme, cependant, la conséquence pourrait être une meilleure coordination des initiatives combinées de hausse ou de baisse des taux car les instituts d’émission interviendraient à environ une semaine d’intervalle.

Les investisseurs doivent être au fait de ces évolutions, car celles-ci pourraient avoir un impact sur leurs placements. Par exemple, l’allongement du cycle de réunion de la BCE (et éventuellement du MPC) pourrait atténuer la volatilité provoquée par les banques centrales, car avec une rencontre toutes les six semaines, on évitera probablement que les marchés soient constamment dans l’anticipation de la prochaine décision à peine clôturée la réunion précédente.

Selon moi ce changement pourrait également modifier l’approche des banques centrales par rapport à leur communication, car elles ne disposeront plus d’un dispositif mensuel pour s’adresser aux intervenants de marché. Six semaines, ce n’est pas si long, mais c’est un délai qui pourrait faciliter des initiatives plus graduelles. Cela signifie aussi probablement que les propos des membres du Conseil de la BCE feront l’objet d’une attention accrue, comme les discours des membres de la Fed.

Naturellement, les observateurs tiennent déjà compte des déclarations de certains membres du Conseil de la BCE, mais ils pensent également qu’ils peuvent patienter jusqu’à la réunion mensuelle pour connaître l’opinion officielle du Président Mario Draghi.

Récemment la BoE s’est engagée à davantage communiquer sur les réunions du MPC, ce dont je me suis réjoui. Elle diffusera beaucoup plus fréquemment les comptes-rendus et mettra même à disposition des enregistrements des réunions après un délai de huit ans : nous serons donc en mesure de savoir ce qui s’y est vraiment déclaré.

Comme l’a montré la Fed, la transparence peut être un outil efficace pour faire connaître au marché l’opinion de la banque centrale.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

Les commentaires, les opinions et les analyses du gestionnaire d’investissement sont personnels et fournis à titre d’information uniquement dans l’intérêt général et ne sauraient constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations contenues dans ce document sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis, et ne constituent pas une analyse complète des évènements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenues dans ces documents est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournies par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les variations de taux d’intérêt peuvent affecter la valeur d’un portefeuille et son rendement. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. De ce fait, à mesure que les cours des obligations s’ajustent à la hausse des taux d’intérêt, le rendement du portefeuille est susceptible de baisser. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements sur les marchés en développement présentent d’ailleurs des risques accrus par rapport aux mêmes facteurs, en plus de ceux associés à leur taille inférieure et à leur liquidité plus limitée.