Beyond Bulls & Bears

Les deux piliers de la croissance américaine : la consommation et les entreprises

Cet article est également disponible en: Anglais Chinois simplifié Néerlandais Italien Allemand Espagnol Polonais

L’économie et les places boursières américaines ayant enregistré des taux de croissance généralement soutenues depuis la crise financière achevée en 2009, certains investisseurs se demandent peut-être si les fondamentaux qui ont sous-tendu cette reprise commencent à s’affaiblir. Pour Grant Bowers, gérant de portefeuille au sein du Franklin Equity Group, les bases de l’économie américaine restent robustes. Lors de la récente conférence sur l’investissement organisée à Londres par Franklin Templeton Investments, Grant Bowers a expliqué pourquoi les deux piliers (dépenses de consommation et bénéfices des entreprises) continueront à alimenter la croissance économique américaine. Il a également présenté son opinion sur les niveaux de valorisation des actions et les opportunités d’investissement dans le contexte de marché actuel.

 Grant Bowers

Grant Bowers at the London Investor Conference
Grant Bowers at the London Investor Conference

Vice-président, analyste de recherche

Gérant de portefeuille

Franklin Equity Group

 

Alors que nous dirigeons vers le second semestre 2015, nous pensons que l’économie américaine va s’affermir et que les marchés actions devraient continuer à progresser. Au premier trimestre, la croissance économique s’est contractée en raison de facteurs que nous jugeons transitoires, notamment la hausse du dollar, l’interruption de l’activité dans les ports de la côte Ouest et l’hiver rigoureux. Sur la période, le PIB américain s’est contracté de 0,7 %.[1] Nous continuons néanmoins à penser que les deux principaux piliers de l’économie américaine (les dépenses de consommation et les bénéfices des entreprises) continueront à alimenter une croissance économique modérée.

Malgré un léger recul en mai, la confiance des ménages lors des cinq premiers mois de l’année de 2015 a été, en moyenne, supérieure aux niveaux enregistrés depuis mai 2004.[2] L’optimisme des ménages est dû à un taux de chômage relativement bas et à une inflation modérée. Parallèlement, le revenu personnel réel disponible (revenu personnel ajusté de l’inflation et des impôts) a augmenté de 6,2 % au premier trimestre 2015, après une hausse de 3,6 % au quatrième trimestre 2014.[3]  Selon nous, l’embellie du marché de l’emploi, la hausse du revenu personnel et l’amélioration du sentiment économique continueront à soutenir les dépenses de consommation.

Les Américains ont également davantage de moyens financiers car, globalement, ils ont sensiblement réduit leur endettement et accru leur épargne depuis la crise financière. Même si ce facteur est souvent négligé, il fera selon nous office de moteur des dépenses de consommation au cours des années à venir.

 

US Household wealth_INTL FR

La trésorerie des entreprises ne cesse d’augmenter

 Dans le même temps, ces dernières années, de nombreuses entreprises américaines ont réduit leurs dettes et généré des bénéfices solides. Résultat ? Les entreprises américaines ont accumulé des montants gigantesques de liquidités dans leur bilan.

Aujourd’hui, la question des investisseurs est la suivante : de quelle manière les entreprises comptent-elles gérer leur trésorerie au cours prochaines années ? Voici comment les entreprises ont jusqu’à présent utilisé leurs réserves : augmentation continue des dividendes et des rachats d’actions, qui assure un retour du capital aux actionnaires ; des investissements, des dépenses d’équipement et des projets de recherche et développement ; et enfin accroissement de la productivité et abaissement des structures de coûts.

L’impact le plus marqué de ces trésoreries abondantes a toutefois été la multiplication des opérations de fusions-acquisitions qui ont jalonné les marchés récemment. Le rythme des opérations de fusions et acquisitions a nettement accéléré ces deux dernières années. Selon nous, cette tendance devrait se poursuivre puisque les entreprises américaines continuent à acheter des actifs stratégiques ou à consolider des secteurs fragmentés.

US_MA Deals_2_INTL blog FR

Mais tout n’est pas rose pour les entreprises américaines. La fermeté récente du dollar par rapport aux autres devises comme l’euro et le yen a freiné la croissance des bénéfices de nombreuses multinationales. Nous pensons que la fermeté du dollar sera un phénomène durable, mais elle ne devrait pas trop grever la croissance des bénéfices de nombreuses entreprises sur le long terme. Nous tablons sur une probable progression modérée des bénéfices des entreprises.

La situation actuelle

La conjoncture économique actuelle et la faiblesse de l’inflation et des taux d’intérêt vont créer un contexte fondamental favorable aux actions américaines, qui devraient donc rester dans une trajectoire haussière en 2015 et début 2016. La croissance, lente mais régulière, a clairement soutenu l’économie américaine et nous pensons que le marché actions pourrait enregistrer une accélération plus longue que ce qu’anticipent de nombreux observateurs. Néanmoins, les valorisations actuelles des actions américaines ne sont plus aussi attractives qu’il y a quelques années. Mais selon nous, elles restent raisonnables. Nous décelons encore des opportunités d’investissement dans des entreprises qui croissent plus vite que le marché et qui, selon nous, semblent en mesure de générer une croissance durable pendant de nombreuses années. Ces opportunités ont été identifiées dans tous les secteurs/ industries, mais nous privilégions les entreprises déployant des modèles économiques de grande qualité et qui exploitent des tendances séculaires.

Par exemple, nous continuons à identifier des opportunités intéressantes dans le secteur de la santé, dans lequel des tendances durables entraînent une utilisation ou une consommation accrue de produits/ de services de santé, aux États-Unis mais aussi à l’échelle mondiale. Le cocktail vieillissement de la population, nouvelles options de traitement et médicaments innovants créée un contexte propice à l’investissement. Les entreprises du secteur de la santé ont poursuivi leurs efforts en matière de recherche et de développement, ce qui leur a permis de faire des découvertes novatrices et de développer des remèdes et des traitements pour de nombreuses maladies. Ces opportunités ne concernent pas seulement les secteurs pharmaceutique et de la biotechnologie ; les entreprises spécialisées dans les services de santé, les équipements médicaux et les diagnostics devraient bénéficier de perspectives favorables.

Taux d’intérêt

Après des années de politique monétaire ultra-accommodante dans le sillage de la crise financière de 2008, la Réserve fédérale américaine (Fed) semble prête à relever les coûts d’emprunt cette année, et ce pour la première fois depuis la mi-2006. Dans un contexte marqué par une inflation américaine très modérée et des tensions encore naissantes sur le marché du travail, notamment sur le front des salaires, la présidente de la Fed Janet Yellen a réitéré en mars que les hausses de taux tant attendues seraient de faible ampleur et progressives. Pour nous, la perspective d’une hausse des taux reflète la solidité de l’économie. Et malgré cette perspective, nos prévisions concernant les actions américaines demeurent positives. Toutefois, nous ne serions pas surpris par des épisodes de volatilité à mesure que le relèvement des taux se rapprochera et en raison de la persistance des risques géopolitiques. Comme tout investisseur à long terme, nous savons que la volatilité peut être source d’opportunités d’investissement.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

 Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

 Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations contenues dans ce document sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis, et ne constituent pas une analyse complète des évènements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

 Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation du lecteur. Les produits, les services et les informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont proposés par des sociétés affiliées à FTI et/ou leurs distributeurs si les lois et réglementations locales l’autorisent. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

 Quels sont les risques ?

 Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des valeurs de croissance reflètent les prévisions de bénéfices ou de revenus, et peuvent donc chuter brutalement si les entreprises publient des résultats inférieurs. Les entreprises plus petites, moyennes, relativement nouvelles ou qui n’ont pas encore atteint leur vitesse de croisière peuvent être particulièrement sensibles aux fluctuations des conditions économiques et leurs perspectives de croissance sont moins sûres que celles des sociétés de plus grande envergure et mieux établies. Leurs cours de Bourse ont tendance à se montrer plus volatils que ceux d’entreprises de plus grande taille, en particulier sur le court terme. Un portefeuille exposé en particulier à certains pays, régions, secteurs ou types de placements peut être sujet à un risque d’événements défavorables plus élevé que s’il investit de façon plus diversifiée.

[1] Source : US Department of Commerce, Bureau of Economic Analysis, 3 juin 2015

[2] Source : Université de Michigan, Enquête auprès des consommateurs,  réalisée en mai 2015.

[3] Source : US Department of Commerce, Bureau of Economic Analysis, communiqué de presse du 29 avril 2015

Publié il y a Non classé