Beyond Bulls & Bears

Investir en fonction des facteurs de risques : tout n’est pas qu’une question de tendances haussières

Cet article est également disponible en: Anglais Néerlandais Italien Allemand Espagnol Polonais

Après la crise financière mondiale de 2007-2009, les investisseurs de nombreux marchés se sont habitués à de faibles niveaux de volatilité, en-dehors de quelques chocs isolés. Or cet été, l’instabilité des marchés mondiaux s’est nettement accentuée en raison des inquiétudes concernant la Grèce, la Chine et le changement potentiel de politique monétaire aux États-Unis à l’automne prochain. D’après Matthias Hoppe, vice-président senior et gérant de portefeuille chez Franklin Templeton Solutions, la chute des marchés cet été présage peut-être d’une évolution plus inégale à l’avenir ; il affirme que les méthodes traditionnelles de recherche de diversification visant à lisser ces variations doivent être repensées, car l’étau de la volatilité se resserre.

euro_mhoppe_LThumb

Matthias Hoppe

Vice-président senior et gérant de portefeuille

Franklin Templeton Solutions

Depuis la crise financière, le comportement des investisseurs vis-à-vis de leurs portefeuilles a beaucoup changé. Il nous semble que, de nos jours, les investisseurs sont peu enclins à prendre des risques en vue de générer une performance élevée. Ils cherchent plutôt des solutions susceptibles de leur offrir de la stabilité, en maintenant un certain niveau de risque. De plus en plus, les investisseurs semblent moins se soucier de savoir si leurs portefeuilles vont surperformer un indice de référence et se concentrent davantage sur le résultat final de leurs investissements.

Ces considérations, associées aux défis liés à l’environnement d’investissement actuel, pourraient potentiellement remettre en question les approches traditionnelles de diversification des actifs (voir encadré « Investir en fonction des facteurs de risques »).C’est l’une des priorités de nos équipes, qui privilégie une approche des facteurs de risques mise en place depuis longtemps dans plusieurs de nos stratégies.

[Extrait : « INVESTIR EN FONCTION DES FACTEURS DE RISQUES »

Depuis quelques années, les portefeuilles multi-actifs suscitent l’intérêt d’investisseurs cherchant de nouveaux moyens d’enregistrer des performances comparables à celles des actions avec moins de volatilité. Plusieurs de ces approches se concentrent sur les méthodes classiques d’allocation d’actifs, comme l’arbitrage entre les actions, les obligations et les instruments monétaires. C’est toutefois une autre stratégie qu’emploie Franklin Templeton Solutions : celle-ci recourt à un éventail de solutions plus large pour chercher de la valeur en diversifiant les facteurs de risque et pas nécessairement les classes d’actifs. En savoir plus :]

L’expérience de la crise financière nous apprend qu’en cas de choc important sur les marchés, la corrélation entre les classes d’actifs a tendance à s’accroître, les faisant évoluer davantage de concert. Selon nous, cela limite la capacité des investisseurs à profiter pleinement des avantages de la diversification[1], et montre qu’une stratégie d’investissement efficace nécessite à la fois des compétences et une aptitude à effectuer un certain nombre de transactions ou d’investissements indépendants sur une période spécifique, généralement sur une année.

Un rapide coup d’œil à l’environnement d’investissement donne un aperçu de l’ampleur du défi à relever pour les gérants de portefeuille et investisseurs traditionnels.

En tant qu’équipe, nous sommes optimistes vis-à-vis de la croissance mondiale, qui est de bon augure pour les actifs risqués, comme les actions. Toutefois, nous reconnaissons que très peu d’actifs risqués (même ceux considérés comme « sûrs ») sont exempts de difficultés. La plupart sont confrontés à des facteurs défavorables, ce qui signifie que les investisseurs ou les gérants de portefeuille doivent étudier le terrain plus en profondeur. Par exemple, le segment obligataire est un marché difficile en ce moment, avec des taux d’intérêt proches de plus bas historiques dans de nombreuses économies développées. Il est difficile de générer de la performance avec cette classe d’actifs. Comme alternative, certains investisseurs peuvent chercher des opportunités potentielles sur les marchés émergents.

En ce qui concerne la zone euro, nos perspectives pour la région sont maintenant positives mais historiquement, la rentabilité de ses entreprises met plus de temps à apparaître. Aux États-Unis, la rentabilité atteint presque des records, car les sociétés américaines ont généré des bénéfices grâce à l’appréciation du dollar face aux autres devises, faisant craindre la formation possible d’une bulle.

Trouver la stabilité en période de volatilité

Dans ce contexte et au vu de la divergence de plus en plus visible des politiques monétaires mondiales, il est probable que la longue période de volatilité très faible que les marchés viennent de connaître arrive désormais à son terme.

L’été nous a déjà donné un aperçu du type d’environnement auquel il faudra certainement s’habituer. nous nous efforçons de maintenir nos stratégies dans une fourchette de volatilité en contrôlant la contribution au risque des différentes classes d’actifs au sein de nos portefeuilles. Nous procédons à une allocation active des investissements aux différents facteurs de risque en fonction de nos perspectives top-down et nous gardons toujours à l’esprit qu’un facteur de risque ne doit pas trop dominer le portefeuille.

Cette considération a fait évoluer la façon dont nous percevons nos portefeuilles. Par le passé, nous présentions la contribution au risque par classe d’actifs, à savoir celles des actions, des devises et des obligations.

Aujourd’hui, nous réunissons tous nos investissements sous l’un des quatre styles suivants afin d’être plus transparents et de nous assurer que notre portefeuille est bien diversifié.

  • Croissance : Stratégies visant à trouver des opportunités censées offrir un bon potentiel de croissance
  • Style défensif : Stratégies visant à protéger les investisseurs contre des pertes importantes en cas de replis prononcés du marché
  • Stabilité : Stratégies visant à offrir des performances régulières supérieures à celles des marchés monétaires tout en prenant des risques légèrement plus importants
  • Style opportuniste : Stratégies (de croissance ou défensives) visant à tirer profit des dislocations des marchés ou d’anomalies de valorisation à court terme

En combinant ces stratégies, nous nous assurons que le portefeuille n’est pas trop exposé à un seul de ces styles. Même certains investissements obligataires, par exemple, présentent des caractéristiques d’investissements de croissance et ne doivent pas être perçus comme défensifs. En combinant ces stratégies au sein du portefeuille, notre objectif est de construire un portefeuille bien plus diversifié en termes de gestion de la corrélation effective.[2] Ainsi, nous cherchons à gérer tout autant les phases baissières du marché que les périodes haussières.

Nous pensons que c’est ici que réside le réel potentiel de valeur. Notre conviction est qu’il n’est pas si important de savoir à quel moment aura lieu le prochain krach boursier, mais plutôt de chercher à construire un portefeuille diversifié dont les investissements sont véritablement non corrélés.

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations fournies sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Ce document ne constitue pas une analyse complète des faits relatifs aux divers pays, régions, marchés, ou investissements cités.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation du lecteur. Les produits, les services et les informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont proposés par des sociétés affiliées à FTI et/ou leurs distributeurs si les lois et réglementations locales l’autorisent. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears .

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements dans les produits dérivés impliquent des coûts spécifiques et introduisent un levier économique susceptible d’accroître sa volatilité et d’occasionner des pertes dans des proportions dépassant l’investissement initial. Les ventes à découvert peuvent entraîner des pertes supérieures au montant initialement investi. Le risque de liquidité existe lorsque les titres sont devenus plus difficiles à vendre au prix auquel ils ont été valorisés.

[1] La diversification n’est pas une garantie de gain ou de protection contre le risque de pertes.

[2] La corrélation mesure le degré dans lequel deux investissements évoluent de concert. La corrélation est comprise entre 1 (corrélation positive parfaite, lorsque deux éléments ont historiquement toujours évolué dans la même direction) et -1 (corrélation négative parfaite, lorsque deux éléments ont historiquement toujours évolué dans des directions opposées).