Beyond Bulls & Bears

Identifier des poches de valeur en période de volatilité

Cet article est également disponible en: Anglais Chinois simplifié Néerlandais Italien Allemand Espagnol Polonais

Norm Boersma
Norm Boersma

Le récent accès de volatilité des marchés met à l’épreuve les nerfs de la plupart des investisseurs ; or ceux-ci pourraient devoir faire contre mauvaise fortune bon cœur pendant quelque temps encore, étant donnée la persistance des incertitudes à court terme. Norm Boersma, directeur des investissements du Templeton Global Equity Group, explique pourquoi son équipe ne voit pas vraiment motif à s’alarmer de la récente correction des marchés et pourquoi ces conditions semblent propices à une stratégie axée sur les actions sous-évaluées.

Norm Boersma, CFA

Directeur des investissements

Templeton Global Equity Group

Jusqu’à récemment, plusieurs grands marchés internationaux sont restés inhabituellement longtemps sans connaître de correction marquée. Ces derniers mois, l’incertitude est devenue très forte et bon nombre d’investisseurs attendaient probablement une occasion de vendre après un marché haussier prolongé. L’occasion leur en a été fournie par la dernière correction du marché chinois très endetté et enclin à la spéculation, qui a fait craindre une instabilité généralisée sur les marchés émergents et des obstacles à la croissance mondiale, comme en a témoigné la chute des prix des matières premières. Même si la situation reste volatile, nous notons que les fondamentaux des principales économies restent globalement favorables et nous identifions toujours des opportunités d’investissements attrayantes au cas par cas.

L’économie américaine est toujours loin de la récession et les résultats des entreprises publiés récemment sont globalement positifs. En Europe, les statistiques de la production manufacturière dans la zone euro sont restées stables, les bénéfices des entreprises s’améliorent et la demande de crédit s’accélère. Sur les marchés asiatiques et émergents, les producteurs de matières premières font les frais du ralentissement économique, mais il reste des opportunités intéressantes parmi les entreprises bien capitalisées, bien gérées et bien exposées à des tendances de croissance durables.

Plus généralement, nous pensons que les récentes pressions vendeuses pourraient mettre un terme à la phase de marché jusqu’alors favorable aux valeurs de croissance. Depuis la crise financière mondiale, les valeurs de croissance ont surperformé les actions sous-évaluées durant une période exceptionnellement longue ; c’est en fait la plus longue sous-performance de toute l’histoire des actions sous-évaluées.[1]

Historiquement, les actions sous-évaluées ont tendance à surperformer dans un environnement de hausse des taux d’intérêt ; alors que le Conseil de la Réserve fédérale américaine (parfois désignée comme « la banque centrale du monde » en raison des répercussions importantes de ses politiques) tente d’amorcer le relèvement de ses taux, nous identifions donc un catalyseur potentiel de redressement des actions sous-évaluées sur notre horizon d’investissement à long terme.

Les actions sous-évaluées broient du noir

Chez Templeton, dans le contexte actuel difficile, nous pensons que les investissements dans les actions sous-évaluées présentent des arguments convaincants. Selon Sir John Templeton, ce processus d’investissement consiste à « rechercher des secteurs impopulaires, puis les étudier pour déterminer si cette impopularité s’inscrira dans le temps ». Nul doute que les actions sous-évaluées n’ont aujourd’hui pas le vent en poupe.

Comme le montre le premier graphique ci-dessous, le style de gestion Value explore les profondeurs et traverse la période de sous-performance la plus longue de toute son histoire. Tout aussi intéressant pour les investisseurs contrariants, le deuxième graphique indique que les valorisations des actions sous-évaluées semblent historiquement basses par rapport aux valeurs de croissance. En fait, avec une décote de 75 % par rapport aux valeurs de croissance, sur la base du ratio cours/valeur comptable (deux écarts-types en-dessous de la moyenne à long terme), les actions sous-évaluées n’ont pas été aussi bon marché depuis le pic de la bulle informatique.[2] Mais cette impopularité va-t-elle durer ? L’histoire suggère le contraire ; les actions sous-évaluées se sont toujours redressées et, avec le temps, elles ont surperformé.[3] Nous sommes convaincus que tout début d’évolution dans les tendances de marché pourrait être favorable à la stratégie de gestion Value de notre équipe, sur un horizon d’investissement à long terme.

De plus, nous estimons que la gestion Value est un concept tourné vers l’avenir, contrairement aux multiples de valorisation statiques ou rétrospectifs. Cette stratégie dynamique a tendance à démarquer nos portefeuilles par rapport à une stratégie basée sur un indice, car elle nous mène souvent à nous exposer à des actions habituellement considérées comme des « valeurs de croissance ».  Nous n’attachons finalement pas vraiment d’importance aux étiquettes « growth » et « value ». Sir John Templeton se préoccupait bien moins du taux de croissance anticipé des bénéfices que du prix payé pour ces bénéfices à venir.

Performance relative des cours sur 10 ansRatio cours_valeur comptableLa volatilité, source d’opportunités de création de valeur à long terme 

Le consensus ne prévoit absolument pas de rebond des actions sous-évaluées et il est vrai que rien dans les conditions actuelles ne laisse présager de ce retour en grâce. Ce cycle économique tiré par la Chine, alimenté par la dette et stimulé par les technologies a déployé tellement de capacités industrielles à l’échelle mondiale qu’il faut maintenant beaucoup de temps pour que la demande s’équilibre. En définitive, l’ultime impact de ces tendances est déflationniste, et dans le contexte de la baisse des rendements et des performances des investissements, les investisseurs sont disposés à payer pour la croissance.

À un moment donné, ils débourseront probablement trop en retour de la certitude perçue d’obtenir de la croissance. Le consensus semble pourtant avoir accepté le contexte économique actuellement morose comme nouvelle norme, offrant une prime importante au titre de la rareté des entreprises qui affichent une croissance solide de leurs résultats à court terme. Nous jugeons cette prime de croissance historique intenable.

Dans la mesure où le pessimisme extrême persiste sur le court terme, les actions mondiales peuvent en pâtir sans véritable distinction. Nous pensons que nos portefeuilles résisteront à un accès de volatilité temporaire. Cependant, comme l’a déclaré un jour Sir John Templeton : « Acheter quand le désespoir pousse les autres à vendre et vendre lorsque les autres achètent avidement demande le plus haut degré de courage et permet de récolter les meilleurs fruits ».

Nous continuerons à faire preuve de discipline dans le cadre de notre processus d’investissement éprouvé et profiterons des ventes par dépit pour offrir à nos clients le moment venu des opportunités à long terme. Pour les investisseurs patients, le redressement possible des actions sous-évaluées représente selon nous l’opportunité d’investissement contrariante la plus intéressante dans le contexte de marché actuel.

 

 

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations fournies sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Ce document ne constitue pas une analyse complète des faits relatifs aux divers pays, régions, marchés, ou investissements cités.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenues dans ces documents est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où les lois et réglementations l’autorisent. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction. 

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Des risques spécifiques concernent les investissements dans des titres étrangers, notamment les fluctuations de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Les investissements sur les marchés émergents présentent des risques accrus liés aux mêmes facteurs. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché.

[1] Source : MSCI, Morgan Stanley Research, au 19 août 2015. Voir www.franklintempletondatasources.com pour des informations supplémentaires sur le fournisseur de données. Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs. À titre d’illustration uniquement ; ne constitue pas une représentation d’un quelconque fonds de Franklin Templeton.

 

[2] Sources : MSCI, Bloomberg. Voir www.franklintempletondatasources.com pour des informations supplémentaires sur le fournisseur de données. Le ratio cours/valeur comptable est utilisé pour comparer la valeur de marché d’une action à sa valeur comptable. Une action dont le ratio cours/valeur comptable est faible peut être considérée comme sous-évaluée. Un écart-type mesure la volatilité : il représente l’écart d’un ensemble de données par rapport à une moyenne.

[3] Les performances passées ne garantissent pas les résultats futurs.