Beyond Bulls & Bears

Fonds d'actions

La réussite de l’Inde s’inscrit au-delà de la croissance

Le marché boursier indien compte plus de 5 000 actions différentes réparties sur un vaste éventail de secteurs, faisant ainsi du pays un véritable parc d’attraction pour les investisseurs qui supplante même les États-Unis en termes d’entreprises disponibles à l’investissement. Si la perspective d’une administration américaine dirigée par Donald Trump menace la volatilité de court terme sur les marchés émergents, Sukamar Rajah, directeur général et directeur des investissements en actions asiatiques, explique pourquoi il estime que l’Inde saura faire face aux turbulences et pourquoi la diversité de son marché boursier pourrait offrir davantage d’opportunités que ce à quoi peuvent s’attendre de nombreux investisseurs.

Cet article est également disponible en: Anglais Chinois simplifié Néerlandais Allemand Espagnol Polonais

Si de nombreux observateurs ont attribué la volatilité constatée sur les marchés émergents immédiatement après les élections présidentielles américaines à la victoire inattendue de Donald Trump, l’Inde est selon nous un cas à part. En effet, nous pensons que même si les politiques les plus protectionnistes du Républicain étaient mises en œuvre, elles n’auraient que peu d’impact sur l’Inde dans la mesure où le pays n’est pas un grand exportateur de produits manufacturés vers les États-Unis.  D’un autre côté, les élections américaines ont coïncidé avec la décision du Premier ministre indien Narendra Modi de démonétiser la totalité des billets de 500 et 1000 roupies, ce qui a contribué à la correction des marchés. S’il nous semble que cette décision audacieuse et révolutionnaire peut entrainer de mauvaises performances trimestrielles pour les entreprises à court terme, elle devrait avoir un impact à plus long terme sur l’économie indienne. Une baisse de la fraude fiscale et de la circulation d’argent noir (non déclaré fiscalement) devrait selon nous stimuler l’efficacité économique et la croissance du produit intérieur brut (PIB). Cette intervention pourrait même, en théorie, renforcer les investissements dans la dette à long terme.

L’Inde constitue dans une certaine mesure le marché boursier le plus grand et diversifié du monde. En dépit des turbulences et des tensions géopolitiques mondiales qui continuent d’impacter les marchés émergents, nous pensons que l’Inde présente certaines caractéristiques qui la différencient des autres régions émergentes. L’économie indienne a en effet atteint un tournant : l’expansion de la classe moyenne, la mise en œuvre de changements structurels et le taux de croissance du PIB estimé à 7,4 % en 2017 ont aidé le pays à faire face aux chocs externes.[1]

Nous pensions auparavant que l’économie indienne stagnait en raison de son système fiscal peu efficace, de ses règlementations et de ses infrastructures inadaptées. Les réformes structurelles récemment mises en place telles que la loi GST sur l’imposition des biens et des services (Goods and Services Tax Bill) ont permis de résoudre un certain nombre de goulets d’étranglement dans l’économie et devraient selon nous participer grandement à la productivité du pays. Cette loi complète remanie le système fiscal indirect actuellement en place et induit un prélèvement fiscal à chaque étape de l’achat d’un bien ou d’un service, permettant ainsi aux fabricants et aux négociants de ne pas imposer de taxe relative aux coûts de production. Par conséquent, les taux de production et d’emploi devraient grimper grâce à la mise en application de cette loi. En outre, cette réforme devrait selon nous améliorer la rentabilité des entreprises indiennes et aider à promouvoir les investissements directs étrangers, ce qui, en retour, pourrait encourager la création d’emplois. Si cette étape s’inscrit dans la bonne direction, nous pensons que l’Inde a encore beaucoup à offrir.

Le pays abrite 5 835 entreprises cotées, devant les États-Unis, le Japon, la Chine et l’Australie.[2] La Chine, souvent prise comme point de comparaison en raison de la tendance similaire que suit son PIB, ne compte que 2 827 entreprises locales cotées.[3] Plus important encore, le marché des actions indiennes pourrait offrir aux investisseurs des opportunités généralement non disponibles sur les autres marchés émergents.sukumar_rajah_blog_graph_fre-fr

Certains marchés émergents peuvent se concentrer de manière excessive sur des secteurs en particulier, notamment Taïwan et la Corée du Sud avec la technologie, ou encore l’Arabie Saoudite avec l’énergie. Le grand nombre d’entreprises disponibles à l’investissement en Inde offre aux investisseurs un pool d’opportunités plus important sur tous ces secteurs. À mon sens, les entreprises indiennes suivent généralement des tendances de long terme plutôt que des tendances cycliques. Dans de nombreux cas, cette situation a permis de lutter contre les turbulences mondiales, comme aujourd’hui avec les effets du référendum sur le Brexit (la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne), les élections américaines et les tensions continues observées au Moyen-Orient.

La technologie a en outre ouvert de nouvelles portes pour le secteur financier en Inde. Après la nationalisation de toutes les principales banques en 1969, les créanciers publics ont su s’imposer sur le secteur bancaire. Dans les années 90, le gouvernement s’est lancé dans une vague de libéralisation en accordant des licences à un petit nombre de banques privées. Depuis la libéralisation, des banques privées ont été créées et ont évolué plus rapidement que leurs homologues du secteur public, portées par les efforts de recherche et de développement dans la technologie, les services, les produits ainsi que par les réseaux de succursales, et nous pensons que leur nombre pourrait significativement croître au cours des 10 prochaines années.  Le secteur financier n’est toutefois pas le seul concerné. Le nombre d’entreprises des secteurs pharmaceutique, manufacturier, de la construction et de l’automobile a lui aussi augmenté de pair avec l’expansion de la classe moyenne indienne.

Ces dernières décennies, la nature des emplois disponibles en Inde a évolué, passant d’emplois agricoles peu rémunérateurs à des emplois bien mieux rémunérés dans les secteurs manufacturier et des services. Compte tenu de la hausse du revenu disponible, la demande des consommateurs devrait selon nous être favorable à la croissance des bénéfices des entreprises tout comme à l’économie indienne.  L’ampleur des opportunités présentes sur le marché boursier indien offre à cette économie émergente une chance d’écrire un nouveau chapitre qui portera cette fois-ci selon nous sur un autre pan que la croissance.

Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations contenues dans ce document sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis, et ne constituent pas une analyse complète des évènements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation du lecteur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears .

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Ces risques sont supérieurs pour les investissements sur les marchés émergents, auxquels s’ajoutent les risques liés à la plus petite taille de ces marchés, à leur liquidité inférieure et à l’absence de cadre juridique, politique, commercial et social propice aux marchés boursiers.

[1] Source : Fonds Monétaire International, Perspectives de l’économie mondiale, juillet 2016. Rien ne garantit que les prévisions ou estimations se réalisent.

[2] Source : Banque mondiale, 2015. World Federation of Exchanges Database.

[3] Ibid.