Beyond Bulls & Bears

Obligations

Le mouvement de réforme indien s’inscrit dans une dynamique favorable

Michael Hasenstab, Directeur des investissements du groupe Templeton Global Macro, s'est récemment rendu en Inde. Il examine certaines des réformes qu'il estime être les plus intéressantes en tant qu'investisseur obligataire international.

Cet article est également disponible en: Anglais Chinois simplifié Néerlandais Italien Allemand Espagnol Polonais


L’Inde a entrepris un mouvement de réforme en profondeur sous la gouvernance du premier ministre Narendra Modi, attirant l’attention des investisseurs. Michael Hasenstab, Directeur des investissements du groupe Templeton Global Macro, s’est récemment rendu en Inde. Il examine certaines des réformes qu’il estime être les plus intéressantes en tant qu’investisseur obligataire international. Selon lui, l’Inde a un bel avenir devant elle et sa croissance devrait rester solide, malgré quelques ajustements à court terme.

Au début de l’été, nous nous sommes rendus en Inde—la période idéale pour visiter le pays. Des réformes ambitieuses y ont vu le jour ces dernières années sous la gouvernance du premier ministre Narendra Modi, qui a accédé au pouvoir en mai 2014. Sous Modi, l’économie indienne semble s’être revigorée, avec une hausse de son produit intérieur brut annuel (PIB), qui est passé de 5,5 % en 2013, avant son accession au pouvoir, à 7,5 % en 2015 et 8,0 % en 2016.[1] Ce taux de croissance, le plus élevé parmi les économies mondiales les plus importantes, a attiré des vagues de capitaux étrangers ces derniers trimestres.

Toutefois, nous en sommes à une étape importante du mandat de Modi : la croissance a quelque peu ralenti en 2017 (la croissance annuelle estimée est de 7,1 %[2]) en raison de certaines réformes qui ont généré des facteurs défavorables à court terme. Quelques participants au marché ont semblé préoccupés, mais les effets négatifs à court terme sur la croissance sont souvent inévitables pour l’adoption de solutions qui porteront leurs fruits à plus long terme.

En toute vraisemblance, l’avenir économique de l’Inde ne dépendra pas de l’évolution de la croissance au cours des prochains trimestres, mais plutôt de la capacité de Modi à poursuivre la mise en œuvre de réformes transformationnelles durables dont le pays a besoin et à étendre de manière significative le potentiel économique du pays. Nous pensons qu’il est en mesure d’y parvenir.

Nous avons déjà assisté à la promulgation de lois en matière de faillite (mai 2016) qui sont censées faciliter l’exécution de contrats pour favoriser l’augmentation des activités de prêt en renforçant la confiance dans le système financier. Une révision massive du code fiscal a également été ordonnée, avec la mise en place de taxes sur les produits et services (entrées en vigueur en juillet 2017) pour tenter de remédier à la complexité et aux inefficacités du système tarifaire national.

Le gouvernement a en outre déployé un plan audacieux pour retirer l’argent des économies souterraines et le réinjecter dans l’économie officielle en démonétisant 86 % de la monnaie en circulation (novembre 2016). Il s’agit là de réformes structurelles importantes et sans précédent pour l’Inde—le gouvernement de Modi a été en mesure de dynamiser les domaines politiques qui ont été délaissés pendant des décennies sous les gouvernements précédents.

D’un point de vue macroéconomique, Modi a également favorisé une stabilité plus que nécessaire. La réserve fédérale indienne (RBI) maintient, selon nous, une politique monétaire responsable, tout en recourant au ciblage de l’inflation pour contrer les périodes de hausse de l’inflation susceptibles de déstabiliser l’économie. L’inflation en Inde a chuté, passant de plus de 10 % en 2013 à une valeur inférieure à 2 % en glissement annuel en 2017.[3] D’un point de vue fiscal, nous pensons que le gouvernement a également rempli son rôle en maintenant un budget responsable. La balance courante s’est en outre sensiblement améliorée par rapport aux déficits importants de 2013.

Globalement, nous pensons que le contexte macroéconomique de l’Inde semble relativement favorable. Toutefois, ce qui est bon pour l’économie à long terme peut parfois prendre la forme de mesures rigoureuses à court terme. Une banque centrale crédible peut devoir maintenir des taux d’intérêt plus élevés et un gouvernement peut avoir besoin de réduire ses dépenses pour maintenir une discipline fiscale—ces mesures peuvent réfréner la croissance à court terme, mais fortifier le contexte économique pour plusieurs années.

L’activité économique indienne pourrait ralentir au cours de l’année à venir, mais nous pensons qu’il est important pour les investisseurs de savoir qu’il s’agira d’une modération au sein de l’économie enregistrant la croissance la plus rapide au monde, et non d’une récession ni d’une dérive. L’Inde entreprend une refonte de son avenir économique, et ces ajustements à brève échéance pourraient favoriser un potentiel économique exceptionnel au cours des décennies à venir.

Dans l’ensemble, nos perspectives positives pour l’économie indienne n’ont pas changé, malgré quelques défis à court terme. Le gouvernement peut prendre un certain nombre de mesures supplémentaires dans les années à venir pour influer sur la performance de l’économie lors des prochaines décennies. Des efforts importants seront engagés pour gérer l’accumulation des actifs non rentables dans le secteur bancaire et améliorer la confiance globale dans le système financier. Un certain nombre d’inefficacités dans les marchés fonciers et du travail ainsi que dans les infrastructures du service public et des transports pourraient également bénéficier d’une vaste réforme.

Néanmoins, en tant qu’investisseurs obligataires, nous pensons que l’Inde offre des opportunités attrayantes : le pays a un gouvernement fiscalement conservateur, une économie ralentissante mais essentiellement vigoureuse et une banque centrale qui réduit l’inflation et maintient des taux appropriés. Ce sont là des conditions solides pour les obligations, et nous continuons d’observer des valorisations attrayantes sur les marchés indiens en monnaie locale. Dans l’ensemble, nous restons optimistes quant aux efforts de réforme de Modi et nous nous attendons à de meilleures opportunités économiques à l’avenir.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

 Les commentaires, les opinions et les analyses présentés dans ce document reflètent un point de vue personnel du gérant et sont fournis à titre d’information uniquement. Ils ne constituent pas des conseils d’investissement individuels, une recommandation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal. Les informations contenues dans ce document sont valables à leur date de publication, peuvent changer sans préavis et ne constituent pas une analyse complète des événements survenant dans les divers pays, régions ou marches.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenues dans ces documents est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique. Ces risques sont supérieurs pour les investissements sur les marchés émergents, auxquels s’ajoutent les risques liés à la plus petite taille de ces marchés, à leur liquidité inférieure et à l’absence de cadre juridique, politique, commercial et social propice aux marchés de valeurs mobilières. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur d’un portefeuille obligataire peut reculer.

[1] Sources : Organisation centrale des statistiques de l’Inde, Bloomberg. PIB annuel de l’Inde (prix constants de 2011 – 2012, en glissement annuel)

[2] Sources : Organisation centrale des statistiques de l’Inde, Bloomberg. Rien ne garantit que les estimations ou prévisions se réalisent.

[3] Source : Organisation centrale des statistiques de l’Inde. IPC indien combiné (GA).