Beyond Bulls & Bears

Fonds d'actions

Actions britanniques : les dividendes sont un bon indice du sentiment économique britannique

Colin Morton de notre équipe de gestion des actions britanniques explique pourquoi il estime que les dividendes d’entreprise sont un bon moyen d’évaluer le sentiment général des grandes sociétés au Royaume-Uni.

Cet article est également disponible en: Anglais Italien

Se sentant menacés par la récente pression réglementaire et craignant un ralentissement du marché actions britanniques, certains investisseurs recherchant absolument du rendement se sont mis à l’abri. Dans ce contexte, Colin Morton, vice-président et gérant de portefeuille dans l’équipe de gestion des actions britanniques au sein de Franklin Local Asset Management, estime que les dividendes d’entreprise sont un bon moyen d’évaluer le sentiment général des grandes sociétés au Royaume-Uni. Il explique ici les raisons pour lesquelles des sociétés de grande qualité pourraient selon lui éviter la tempête.

Malgré certaines craintes d’un ralentissement du marché actions compte tenu de la poursuite des négociations sur le Brexit et des récentes tensions géopolitiques, les bénéfices des sociétés britanniques de même que les dividendes ont largement dépassé les prévisions de certains observateurs.

La performance des entreprises cotées au Royaume-Uni a été particulièrement impressionnante dans un contexte de hausse de l’inflation au Royaume-Uni et de taux d’intérêt stagnants et historiquement bas. Nous pensons que les actions britanniques sont actuellement bien plus attrayantes que d’autres alternatives.

Néanmoins, les récentes inquiétudes sur les produits pharmaceutiques, notamment le secteur du tabac, ont agi comme une piqûre de rappel : même les plus grandes entreprises peuvent pâtir du sentiment des investisseurs. Les titres de compagnies de tabac se sont effondrés après que l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a préconisé la réduction du taux de nicotine dans les cigarettes à des niveaux « non addictifs ».

Nous pensons qu’il s’agit là probablement d’une réaction excessive, étant donné qu’il faudra attendre encore au moins cinq ans avant que cette réglementation soit concrètement appliquée.

Malgré la réglementation annoncée, nous avons vu les dividendes de titres de compagnies de tabac augmenter largement au-dessus des attentes du marché, dans la lignée des résultats des entreprises dans le cycle de croissance du dernier trimestre. Le sentiment des investisseurs a eu un impact négatif sur les cours boursiers, mais nous ne pensons pas que la croissance des dividendes suive le même chemin.

Il y a 10 ans, le Royaume-Uni promulguait une loi anti-tabac. Les compagnies de tabac ont dès lors appris à s’adapter et ont adopté des produits de nouvelle génération, comme les cigarettes électroniques. La réglementation n’a rien de nouveau dans ce secteur et ces sociétés ont l’habitude de s’adapter.

Les dividendes reflètent les attentes d’une croissance modérée

De manière générale, nous n’avons pas vu de réel signe de désastre au niveau de l’entreprise ce dernier trimestre au Royaume-Uni. Nous avons assisté à une bonne croissance des dividendes et dans certains cas à des dividendes exceptionnels : un versement de dividende unique décidé par les dirigeants d’entreprise. D’un autre côté, les sociétés pourraient réduire leurs ambitions de croissance mondiale.

Par conséquent, les dividendes exceptionnels peuvent être considérés comme une épée à double tranchant pour des investisseurs recherchant impérativement du rendement.

Les dividendes exceptionnels peuvent indiquer que des sociétés préféreraient rétribuer leurs actionnaires plutôt que de se développer. Il pourrait y avoir un manque d’opportunités d’investissement et des inquiétudes éventuelles à propos du Brexit et de la future croissance économique du Royaume-Uni.

Compte tenu des tensions géopolitiques entre la Corée du Nord, le Japon et les États-Unis, de nombreux investisseurs ont abandonné les actions et se sont tournés vers des « valeurs refuges », au moment même où les actions britanniques se négociaient à leurs plus hauts niveaux de l’année.

Le marché était sans aucun doute prêt à trouver de bonnes excuses pour réduire ses positions d’autant plus que les niveaux de valorisation étaient élevés. Comme nous l’avons souligné, de nombreux investisseurs ont eu tendance à se tourner vers des transactions très peu risquées à court terme. Néanmoins, nous pensons que le marché retrouvera son aplomb comme il l’a fait par le passé dans des périodes similaires.

Des sociétés de grande qualité ont pu traverser des périodes difficiles comme la crise financière mondiale de 2007-2009 ou la bulle technologique des années 1990 et nous pensons que le même processus s’applique à la période de volatilité actuelle. Les inquiétudes des investisseurs et les perturbations des marchés n’ont pas grandement affecté les dividendes des sociétés britanniques.  Les tendances de ces dividendes nous donnent également des indices sur les opinions des équipes de gestion tandis que nous rentrons dans le dernier trimestre.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité quant aux éventuelles pertes résultant de l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, analyses et opinions présents dans cet article est laissée à la seule appréciation du lecteur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Les commentaires, opinions et analyses du présent document sont communiqués à titre d’information uniquement ; ils ne sauraient être considérés comme un conseil d’investissement individuel ou comme une recommandation d’investir dans un quelconque titre ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Les présentes ne constituent pas une analyse exhaustive de tous les aspects importants d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un investissement ou d’une stratégie.

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total investi. Les cours des actions sont soumis à des fluctuations, parfois rapides et importantes, en raison de facteurs affectant les entreprises individuelles et certains secteurs ou sous-secteurs, ou du fait des conditions générales de marché. Les investissements à l’étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique.