Beyond Bulls & Bears

Actions

Évaluation des réformes potentielles des soins de santé aux États-Unis avant une année électorale

Les réformes de la santé constituent toujours un thème de discussion majeur avant une campagne présidentielle américaine, les politiciens abordant alors des propositions de changements qui peuvent s’écarter radicalement du système en place. Bien qu’il soit encore trop tôt pour prédire comment se déroulera l’élection de novembre 2020, Evan McCulloch, de Franklin Equity Group, expose pourquoi il estime qu’une loi américaine sur la tarification des médicaments pourrait être adoptée avant cette date. Il nous explique également son optimisme quant aux perspectives des secteurs de la biotechnologie et de la pharmacie.

This post is also available in: Anglais Chinois simplifié Allemand Espagnol

Les investisseurs actions pourraient être préoccupés par les perspectives des actions biotechnologiques et pharmaceutiques à l’approche de l’élection présidentielle américaine de 2020. Cette préoccupation est compréhensible, étant donné que les dernières élections américaines ont constitué l’occasion de nombreuses discussions sur les réformes de la santé.

Bien que l’incertitude quant à des réformes potentielles puisse provoquer une certaine volatilité des cours et un tassement des valorisations dans le secteur de la santé, nombre des propositions discutées à ce stade du cycle présidentiel relèvent de la simple rhétorique de campagne. A notre avis, il est encore un peu tôt pour prédire qui emportera l’élection ou pour spéculer sur certaines propositions en matière de santé et sur leur évolution.

Ceci étant dit, nous prévoyons qu’une législation américaine sur les prix des médicaments pourrait survenir à court terme. Le président Donald Trump a progressé dans son effort de lutte contre la crise des opioïdes au moyen d’une législation contraignante et, depuis son élection en 2016, a fait connaitre à plusieurs reprises son insatisfaction face au prix élevé des médicaments sur ordonnance.1 Nous pensons qu’il devrait impulser des réformes pendant sa campagne pour la réélection.

Il s’agit en outre de l’un des rares cas où républicains et démocrates s’alignent plus ou moins sur un accord bipartisan. Les membres du Congrès des deux partis subissent une pression croissante et cherchent à répondre aux préoccupations de leurs électeurs sur les prix des médicaments dont l’augmentation, dans bien des cas, a été largement supérieure à l’inflation au cours des dernières années.

Quelques mots sur le contexte

Les deux chambres du Congrès travaillent sur des propositions visant à rendre les médicaments plus abordables. Malgré des différences entre leurs projets, qui devront être aplanies, la Chambre des représentants et le Sénat cherchent à baisser le plafond de quote-part annuel des régimes de soins de santé, ce qui réduirait le reste à charge des médicaments sur ordonnance pour de nombreux Américains.

Le président Trump semble enclin à approuver toute législation votée par le Congrès. Il a toutefois suggéré d’aller plus loin dans les réformes et proposé d’imposer aux laboratoires pharmaceutiques d’offrir certains médicaments aux bénéficiaires de Medicare Partie B à des prix de référence internationaux ou aux prix moyens pratiqués dans un groupe de pays étrangers sélectionnés.

A la différence des États-Unis, où les laboratoires fixent les prix de leurs médicaments selon une dynamique de marché libre sans contrainte, nombre de pays européens et d’autres pays négocient les prix directement avec les laboratoires et veillent à ce qu’ils ne dépassent pas des limites prédéfinies. Bien que les prix de certains médicaments soient plus bas dans ces pays qu’aux États-Unis, l’inconvénient est que certains médicaments ne sont simplement pas disponibles si leur coût est jugé trop élevé.

L’innovation est ce qui compte vraiment

Malgré le risque événementiel associé au point de vue de Trump sur les prix de référence, nous pensons que le Congrès pourra difficilement voter des mesures draconiennes. A notre avis, une législation incluant la fixation de prix de référence irait à l’encontre du système de marché libre américain et risquerait probablement d’entraver la recherche et l’innovation, qui ont été des éléments clés de la croissance du secteur biotechnologique.

Si les grandes sociétés pharmaceutiques sont contraintes de réduire leurs dépenses de recherche et développement en raison de la baisse des revenus tirés des médicaments sur ordonnance existants, le risque est qu’elles se contentent de développer les médicaments susceptibles d’être les plus rentables. En outre, avec une telle législation, les petites sociétés biotechnologiques qui ne sont pas encore rentables seraient à la peine pour susciter l’intérêt des investisseurs, en raison de la plus faible possibilité de dégager des rendements extraordinaires.

Qui plus est, si Trump devait contourner le Congrès et promulguer un décret-loi imposant l’utilisation de prix de référence au lieu de prix fixés librement, nous pensons que cette décision ne résisterait pas à une objection du secteur sur des bases juridiques. Nous estimons qu’un contrôle des prix des médicaments créerait un précédent dommageable qui pourrait entrainer d’autres lois mettant en danger l’innovation dans des secteurs autres que la santé.

Perspectives

Sur la base des conversations que nous avons eues avec des législateurs et des dirigeants de société américains, nous ne pensons pas qu’une réforme de la santé américaine irait jusqu’à nuire à l’innovation à long terme. Le secteur de la santé a survécu à d’autres défis de cet ordre au cours des 20 dernières années, notamment au Medicare Modernization Act et au Affordable Care Act. De plus, le risque d’un passage des États-Unis à un système de prix de référence n’est pas nouveau.  Il plane depuis septembre 2015, lorsqu’Hillary Clinton, alors en campagne pour l’élection présidentielle de 2016, avait twitté à propos d’un « gonflement de prix » d’un médicament utilisé pour le traitement d’une maladie parasitaire potentiellement mortelle.

Nous pensons, enfin, que le Congrès américain va finalement produire un texte de loi parfaitement raisonnable pour le secteur de la santé, qui ne nuira pas aux modèles économiques de la biotechnologie et de la pharmacie, tout en satisfaisant les besoins d’accès aux médicaments sur ordonnance de base des citoyens américains.

Implications pour l’investissement en 2020 et au-delà

Malgré l’émergence d’une pression politique en faveur d’une législation sur les prix des médicaments, nous pensons que le paysage commercial du secteur de la santé reste favorable aux médicaments innovants porteurs de valeur pour les patients. L’augmentation de l’usage des médicaments et des dépenses de santé offre un contexte de forte demande à long terme pour les secteurs pharmaceutique et biotechnologique.

Les progrès rapides des sciences du vivant, l’essor des découvertes médicales, la plus grande efficacité des traitements et l’augmentation du nombre d’homologations de médicaments par la Food and Drug Administration des États-Unis revitalisent le secteur de la biotechnologie qui offre, à notre avis, des opportunités exceptionnelles aux investisseurs à long terme.

Nous portons une attention particulière aux sociétés qui travaillent à des percées significatives dans les domaines de la thérapie génique, des maladies orphelines, de l’immuno-oncologie et des approches ciblées de la thérapie anticancéreuse (telles que les thérapies cellulaires). Nous apprécions également les entreprises qui ont ciblé leurs efforts sur le développement de plateformes de découverte de médicaments et de nouvelles molécules.

Bien que ces évolutions de pointe soient passionnantes, notre approche de placement reste sélective et centrée sur les sociétés de qualité supérieure à l’avant-garde de la production de médicaments et thérapies qui sont les premiers, les meilleurs ou les seuls de leur catégorie.

 

Les commentaires, opinions et analyses du présent document sont communiqués à titre d’information uniquement ; ils ne sauraient être considérés comme un conseil d’investissement individuel ou comme une recommandation d’investir dans un quelconque titre ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Les présentes ne constituent pas une analyse exhaustive de tous les aspects importants d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un investissement ou d’une stratégie.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé, ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Recevez directement toutes les perspectives de Franklin Templeton Investments. Abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Un portefeuille se concentrant sur un secteur unique comporte des risques comme l’arrivée à échéance des brevets, la responsabilité en matière de produits, les exigences réglementaires des gouvernements et l’agrément des nouveaux médicaments et produits médicaux. Les sociétés biotechnologiques sont souvent de petite taille et/ou relativement récentes. Les sociétés de petite taille peuvent être particulièrement vulnérables aux évolutions des conditions économiques, et leurs perspectives de croissance sont moins certaines que pour leurs grandes homologues mieux établies. De plus, leur titre peut être volatil, en particulier à court terme. Les investissements dans des sociétés étrangères comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change et les incertitudes politiques.

______________________________________
1. Source : La Maison blanche : « Le président Donald J. Trump lutte pour mettre fin à la crise des opioïdes aux effets dévastateurs pour de trop nombreuses populations américaines », 24 avril 2019.