Beyond Bulls & Bears

Actions

Pourquoi la transformation numérique devrait rester robuste en 2020 ?

Jonathan Curtis du Franklin Equity Group pense que les entreprises devront investir davantage dans la technologie du numérique au cours des prochaines années afin de mieux comprendre et répondre aux besoins des clients, mais aussi réduire leurs coûts. Il explique les raisons dans cet article.

Cet article est également disponible en: Anglais Chinois simplifié Néerlandais Allemand Espagnol Polonais

En ce début d’année 2020, certains investisseurs en actions semblent être préoccupés par les valorisations des valeurs technologiques. Ces craintes sont compréhensibles : le secteur a présenté le meilleur profil de croissance de l’indice S&P 500 ces trois dernières années et a largement dépassé les 10 autres secteurs.

S’il existe toujours des segments surévalués ou sous-évalués dans le secteur des technologies de l’information, nous n’estimons pas être dans une bulle comme en 1999–2000. Nous pensons plutôt que le secteur dans son ensemble est valorisé correctement au regard de sa qualité et de son potentiel de croissance. Selon nous, le secteur des technologies de l’information compte de nombreuses entreprises d’excellence, bien implantées et génératrices de résultats. Il est aussi important de souligner que nous traversons une période de transition alors que de nombreux nouveaux moteurs de croissance émergent sous la forme de l’internet des objets, de la big data et de l’intelligence artificielle. Au cours de la décennie à suivre, nous nous attendons à un déploiement de centaines de milliards de dispositifs de pointe, une explosion de la production de données et à de nouvelles approches pour traiter durablement et créer de la valeur à partir de la masse de données à disposition.

Les perspectives à long terme de certaines entreprises nous semblent plus optimistes que d’autres. Nous sommes particulièrement séduits par les promesses des acteurs de la transformation numérique qui se met en place à travers les différents secteurs.

S’emparer de la transformation numérique

Nous pensons que les sociétés tournées vers la transformation numérique surpasseront leurs concurrents dans les années à suivre. Selon la société d’études IDC, les investissements mondiaux dans la transformation numérique devraient approcher les 7 100 milliards de dollars, sur la base d’un taux de croissance annuel composé de 17,5 % pour la période de quatre ans s’achevant en 2023.1 

La transformation numérique nécessite de recueillir et d’utiliser des données afin de mieux comprendre les clients, puis d’utiliser des logiciels et des technologies du cloud pour mieux les servir à moindre coût. Même si la réglementation risque fort de limiter la capacité de certaines des grandes plateformes Internet à collecter et utiliser des données, nous pensons que ces entreprises pourront continuer de fonctionner avec des volumes de données moins importants si nécessaire.

De plus, ces entreprises ne se limitent pas aux données qu’elles collectent. Elles fonctionnent parce qu’elles regroupent l’attention des utilisateurs par des services intéressants de recherche, de réseaux sociaux et de divertissement. Elles utilisent ensuite les données recueillies pour segmenter et générer des observations sur les publics qui ont été définis, et mettre ces publics à la disposition des publicitaires de façon anonyme. Ces activités fonctionnent bien car elles gèrent efficacement l’ensemble de la chaîne de valeur, et pas seulement parce qu’elles collectent et combinent des données.

Les autres thèmes en dehors de la transformation digitale

L’avenir ne nous semble pas aussi radieux pour les entreprises des technologies traditionnelles telles que les PC ou les infrastructures des centres de données « sur site ». Si ces sociétés peuvent s’échanger à des multiples de valorisation inférieurs, nous estimons que leurs perspectives de croissance sont moins bonnes et qu’elles risquent d’être mises à mal dans cette ère de la transformation numérique.

Le renforcement des attentes des investisseurs dans certains segments du secteur des logiciels est une autre source de préoccupation. Les valorisations de nombreux éditeurs de logiciels ont fortement augmenté en 2019, malgré des signes croissants de fragilité économique en Europe et la faiblesse générale des dépenses informatiques des entreprises traditionnelles après une année 2018 particulièrement dynamique.

Nous avons ajusté nos positions dans le secteur des logiciels en raison de nos craintes concernant les valorisations, mais nous restons optimistes à l’égard des perspectives à long terme du secteur. À l’inverse, nous constatons une amélioration des perspectives au sein du secteur des semi-conducteurs et parmi les sociétés Internet américaines et chinoises, dont les valorisations sont devenues plus attrayantes.

Risques potentiels pour nos perspectives

Le secteur des technologies de l’information a connu des épisodes de volatilité à court terme à travers son cycle. Nous anticipons une volatilité persistante du secteur des semi-conducteurs, et particulièrement tant que le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine n’aura pas été résolu.

Bien que les deux partenaires aient atteint la « Phase 1 » d’un accord commercial, nous prévoyons l’éventualité d’obstacles tarifaires pour les entreprises américaines d’équipements informatiques, dont certaines construisent du matériel à destination des États-Unis en Chine. Nous suivons aussi de près l’évolution du paysage réglementaire pour bon nombre des grandes sociétés Internet américaines.

Nous pensons que les entreprises technologiques qui possèdent un modèle économique solide avec un effet de levier intrinsèque, une gestion de haut niveau et un avantage concurrentiel viable et significatif pourront croître pendant longtemps si leur marché offre une taille suffisante.

En termes de valorisation, en tant qu’investisseurs à long terme, nous mettons toujours l’accent sur le profil qu’aura l’entreprise une fois arrivée à maturité – et non sur la façon dont le marché valorise ses bénéfices, ses flux de trésorerie ou son chiffre d’affaires à court terme. Il nous semble que les processus d’investissement qui se concentrent uniquement sur ces indicateurs à court terme ne tiennent pas compte des avantages substantiels d’une croissance durable et cumulée des revenus et d’un levier opérationnel.

 

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour commenter ou publier votre question sur ce sujet, suivez-nous sur Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

Mentions légales importantes

Les commentaires, opinions et analyses exposés ici sont communiqués à titre d’information uniquement ; ils ne sauraient être considérés comme un conseil d’investissement individuel ou comme une recommandation d’investir dans un quelconque titre ou d’adopter une quelconque stratégie d’investissement. Les conditions économiques et de marché étant susceptibles d’évoluer rapidement, les commentaires, opinions et analyses sont valables à leur date de publication et peuvent changer sans préavis. Les présentes ne constituent pas une analyse exhaustive de tous les aspects importants d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un investissement ou d’une stratégie.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments (« FTI ») n’a pas vérifié, validé, ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les cours des actions peuvent fluctuer, parfois de manière rapide et brutale, en raison de facteurs propres à des sociétés, industries ou secteurs spécifiques ou affectant le marché dans son ensemble. Les placements dans des secteurs à forte croissance comme les technologies (secteur historiquement volatil) peuvent connaître des fluctuations boursières accrues, notamment sur le court terme, en raison de la vitesse de développement et d’évolution des produits, ainsi que de l’évolution des réglementations publiques dans le sillage des avancées scientifiques ou technologiques ou de l’accord des autorités de tutelle à l’égard des nouveaux médicaments et dispositifs médicaux.


1. Source : International Data Corporation (IDC), Worldwide Digital Transformation 2020 Predictions, octobre 2019. Rien ne garantit que les prévisions, estimations ou projections seront réalisées.