Beyond Bulls & Bears

Actions

Comment expliquer la volatilité du marché du pétrole ?

Fred Fromm de l’équipe Franklin Equity Group explique pourquoi les récents chocs de demande et d’offre qui ont secoué les marchés pétroliers sont avant tout sans précédent et conduisent à des prix qui ne sont économiquement viables pour presque aucun acteur du marché.

Cet article est également disponible en: Anglais Chinois simplifié Italien Allemand Espagnol Polonais

Lors de la réunion de l’OPEP de vendredi, la Russie a refusé de réduire sa production pour compenser la baisse de la demande en raison de la propagation du COVID-19.1  En réponse, au cours du weekend, l’Arabie saoudite a abaissé ses prix à l’exportation, déclenchant ainsi une guerre des prix sur les marchés pétroliers mondiaux. L’idée semble être de forcer la Russie à revenir à la table des négociations et d’accepter une baisse de la production.

Nous pensons que la combinaison d’un choc de demande (né de la propagation du coronavirus) et d’un choc d’offre (en raison des baisses des prix) est avant tout sans précédent, sans équivalent au cours de ces 30 dernières années que nous pourrions citer.

Perspectives

Les prix du pétrole actuels ne sont économiquement viables pour presque aucun acteur du marché, selon nous. Si des producteurs à coûts élevés tels que les producteurs américains de pétrole de schiste ne peuvent pas dégager de bénéfices à ces niveaux de prix, nous sommes convaincus que des producteurs à bas coûts comme la Russie devraient prendre la mesure des défis posés par cet environnement de prix. L’Arabie saoudite, dont les coûts de production sont certes faibles, présente également un niveau de dépenses publiques qui nécessite certainement une hausse des prix pétroliers à long terme.

Malgré cela, nous sommes convaincus que les prix peuvent demeurer bas à court terme, voire même jusqu’à la fin de l’année 2020. Les prix pétroliers dépassent assez souvent les niveaux de prix indiqués par les fondamentaux des marchés ou ne les atteignent pas, et peuvent mettre du temps avant de retrouver des niveaux normalisés.

À long terme, les marchés énergétiques tendent à s’autocorriger, le bas niveau des prix entraînant des réductions de l’offre qui rééquilibrent le marché, et on assistera sans doute prochainement à une destruction importante de l’offre aux prix actuels, les activités de forage étant différées ou suspendues, en particulier parmi les petits producteurs et ceux affichant de piètres bilans. Bien que ces mesures puissent s’avérer saines pour les marchés pétroliers à long terme, elles seront douloureuses à court terme et auront un impact sur de multiples entreprises, tant au sein du secteur énergétique qu’au-delà.

Nous demeurons confiants dans les producteurs de qualité et dans les compagnies pétrolières intégrées. Ils devraient non seulement endurer une période de prix bas, à l’instar de ce que nous avons vécu fin 2015 début 2016, mais également être en mesure de bien positionner leur entreprise sur les marchés dont la reprise est inévitable. Ce processus demandera toutefois du temps, le marché devant digérer les impacts des multiples facteurs de baisse des prix.

Mentions légales importantes

Ce document est fourni uniquement dans l’intérêt général et ne saurait constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Il ne constitue pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal.

Les opinions exprimées sont celles des gérants mentionnés et les commentaires, opinions et analyses sont valables à la date de la publication et peuvent être modifiés sans préavis. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas une analyse complète des évènements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Des données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton (« FT ») ne les a pas vérifiées, validées ni auditées de manière indépendante. FT décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur.

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre propre conseiller financier ou votre interlocuteur de Franklin Templeton pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Publié aux États-Unis par Franklin Templeton Distributors, Inc., One Franklin Parkway, San Mateo, Californie 94403-1906, (800) DIAL BEN/342-5236, franklintempleton.com – Franklin Templeton Distributors, Inc. est le principal distributeur des produits enregistrés aux États-Unis de Franklin Templeton Investments, qui ne sont pas assurés par la FDIC, peuvent perdre de la valeur, ne sont pas garantis par la banque et sont disponibles uniquement dans les juridictions dans lesquelles est permise une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de ces produits, en vertu des lois et règlements applicables.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale.  Les prix des actions fluctuent, parfois rapidement et de façon spectaculaire, en raison de facteurs affectant des entreprises individuelles, des industries ou des secteurs particuliers ou du fait des conditions générales du marché. L’investissement dans les ressources naturelles comporte des risques spécifiques, comme une sensibilité accrue à la dégradation des conditions économiques et aux changements règlementaires qui affectent le secteur. Les cours des titres de croissance peuvent chuter massivement si la société échoue à s’en tenir aux estimations de bénéfices ou de revenus ; leurs cours peuvent être plus volatils que ceux d’autres titres, en particulier à court terme. Les entreprises de plus petite taille peuvent être particulièrement sensibles à l’évolution de la conjoncture économique et avoir des perspectives de croissance moins assurées que les grandes entreprises mieux établies, et elles peuvent être volatiles, surtout à court terme. Les investissements dans des sociétés étrangères comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change et les incertitudes politiques.

1. L’OPEP+ est une alliance de producteurs de pétrole, incluant des membres et des non-membres de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole.