Beyond Bulls & Bears

Actions

Mon opinion : Si vous ouvrez, ils viendront

Après le choc de COVID-19, l’économie mondiale va-t-elle revenir à la normale ? Sonal Desai, CIO de l’équipe Franklin Templeton Fixed Income, examine l’activité économique. Elle partage des données sur les récents changements dans le comportement des consommateurs américains qui semblent indiquer que les gens sont désireux de retourner à une vie normale.

Cet article est également disponible en: Anglais Italien Allemand Espagnol Polonais

Ce qui me préoccupe le plus, et qui me tient à cœur, c’est la douleur que notre pays subit ces jours-ci et la douleur que nos communautés afro-américaines, nos collègues et nos amis éprouvent en ce moment et depuis trop longtemps. Il est temps pour nous tous de réfléchir profondément au travail que nous devons accomplir pour mettre notre pays sur une meilleure voie, en commençant par tout ce que nous pouvons contrôler directement, sur notre lieu de travail et dans notre vie quotidienne. 

La crise économique provoquée par la COVID-19, qui sera probablement l’une des pires de ces 100 dernières années, a touché de manière disproportionnée les segments les plus vulnérables de la société. Elle a exacerbé les inégalités et les difficultés économiques qui sont également à la base des dernières protestations et des troubles. Nous entamons à présent un tournant crucial de la crise économique. Il nous reste plus de trois semaines avant la fin de ce qui sera l’un des pires trimestres de l’histoire économique américaine, et nous devrons attendre la fin du mois de juillet pour obtenir la première estimation de la contraction par le U.S. Bureau of Economic Analysis (BEA). Nous pensons actuellement qu’elle pourrait être encore pire que notre précédente estimation d’une baisse de près de 30 % du produit intérieur brut au deuxième trimestre (détaillée dans notre livre blanc intitulé « Perspectives macroéconomiques américaines : il est temps de retourner la courbe de croissance économique » publié en avril 2020).

Cependant, certaines parties de l’économie américaine ont commencé à se rouvrir. Les différents États évoluent à des rythmes très différents : La Géorgie a autorisé la réouverture des salons de coiffure, des salles de sport, des restaurants et des théâtres dès la fin du mois d’avril, avec notamment des mesures de distanciation physique. Le Texas a pris des mesures similaires au début du mois de mai. D’autres États comme New York, le New Jersey et certaines parties de la Californie sont encore pour la plupart fermés, suivant un calendrier beaucoup plus lent.

Permettre la réouverture des entreprises est une condition nécessaire mais non suffisante pour que l’activité économique reprenne. La question cruciale a toujours été de savoir si les consommateurs se sentiraient à l’aise de revenir dans les restaurants, les centres commerciaux et les bureaux une fois les restrictions assouplies. Cela déterminera la rapidité avec laquelle (dans certains cas) les entreprises pourront retrouver leur rentabilité et la rapidité avec laquelle les travailleurs seront réembauchés. Toute prévision de la reprise économique à venir repose sur des hypothèses concernant le changement de comportement des gens : Serons-nous à nouveau à l’aise dans un avion rempli à pleine capacité ? Serons-nous prêts à dîner dans un restaurant à moitié plein ? À trois quarts plein ?

Pour avoir une idée de l’évolution de la reprise, Franklin Templeton Fixed Income a mis au point un système de suivi des activités à haute fréquence, qui utilise les données de Google Mobility et de Homebase. Ces données commencent à donner un certain nombre d’indications intéressantes :

  • Les gens font davantage leurs achats en personne.
    • La durée des achats dans les épiceries et les pharmacies a nettement augmenté au cours des quatre dernières semaines, et dans des États comme l’Ohio, Washington, le Texas, la Géorgie et l’Illinois, elle est revenue à la normale (ou presque). Même dans des États comme la Pennsylvanie, New York et le New Jersey, où cette durée est encore inférieure d’environ 10 % au niveau de référence, l’amélioration au cours des quatre dernières semaines a été importante. (Il y a eu un certain recul dans plusieurs États par rapport à il y a deux semaines, peut-être en raison de la récente vague d’agitation sociale).
    • Le commerce de détail et les loisirs présentent une différenciation beaucoup plus importante d’un État à l’autre. À New York et dans le New Jersey, ces deux secteurs sont toujours inférieurs de 40 % à la norme – une amélioration par rapport aux niveaux de -50 % observés il y a quatre semaines, mais ils restent extrêmement faibles. Dans l’Ohio, au Texas et en Géorgie, ils sont déjà revenus à environ 10 à 15 % en dessous de la norme.

Alimentation et pharmacie – Durée de visite par rapport à la base de référence (0 est la base de référence)

Commerce de détail et les loisirs – durée de visite par rapport à la base de référence (0 est la base de référence)

Source : Franklin Templeton Fixed Income Research, Google Mobility. Au 2 juin 2020. La base de référence est la valeur médiane de la période de cinq semaines allant du 3 janvier au 6 février 2020. La fourchette haute/basse correspond à la période comprise entre le 15 mars et les dernières données disponibles.

  • Les transports reprennent vie. L’utilisation des systèmes de transport en commun s’est considérablement améliorée par rapport aux creux observés lors des périodes de pointe des confinements à l’échelle nationale, des États comme l’Ohio, le Texas et la Géorgie affichant une nette amélioration. Le recul des deux dernières semaines (sauf au Texas et en Floride) était probablement dû à l’effet du long week-end du Memorial Day à la fin mai et pas nécessairement lié à la COVID. New York et le New Jersey, malgré une certaine amélioration, sont toujours plus de 50 % en dessous de la norme, et Washington, la Californie et la Floride sont également à la traîne.

Gares de transit – durée de visite par rapport à la base de référence (0 est la base de référence)

Source : Franklin Templeton Fixed Income Research, Google Mobility. Au 2 juin 2020. La base de référence est la valeur médiane de la période de cinq semaines allant du 3 janvier au 6 février 2020. La fourchette haute/basse correspond à la période comprise entre le 15 mars et les dernières données disponibles.

  • Les salariés commencent à retourner sur leur lieu de travail. Dans ce domaine, l’amélioration est plus limitée et la plupart des États se situent encore à près de 35 à 45 % en dessous du niveau de référence, tandis que New York et le New Jersey sont encore en baisse de plus de 45 %. Dans l’ensemble, les États-Unis sont environ 40 % en dessous du niveau de référence, soit une amélioration de 10 points par rapport à leurs plus bas niveaux. Cependant, comme pour les systèmes de transit, le déclin de ces deux dernières semaines est probablement dû au long week-end de la fin mai.

Lieux de travail – durée de visite par rapport à la base de référence (0 est la base de référence)

Source : Franklin Templeton Fixed Income Research, Google Mobility. Au 2 juin 2020. La base de référence est la valeur médiane de la période de cinq semaines allant du 3 janvier au 6 février 2020. La fourchette haute/basse correspond à la période comprise entre le 15 mars et les dernières données disponibles.

  • Manger à l’extérieur est de nouveau à la mode. Il y a quatre semaines, la plupart des restaurants du pays étaient inaccessibles et les réservations sur le système OpenTable avaient baissé de 100 % par rapport à l’année précédente. La lueur d’espoir était le Texas, et même là, les réservations étaient de 85 % inférieures à celles de l’année précédente. Les dernières données (au 1er juin) montrent un tableau beaucoup plus encourageant : les réservations sont « seulement » 55 à 65 % inférieures à celles d’il y a un an en Oklahoma, Texas, Alabama, Caroline du Sud, Arizona, Kansas, Indiana ; 70 à 80 % inférieures dans le Kentucky, Utah, Colorado, Oregon, Tennessee, Nouveau Mexique ; dans le Rhode Island, elles sont en recul de 10 % seulement ; à New York, dans la région de Washington DC, au Michigan et en Illinois, elles sont encore près de 100 % inférieures, et en Californie de 90 %.

Source : Franklin Templeton Fixed Income Research, OpenTable. Au 1 juin 2020. Variations en pourcentage d’une année sur l’autre en utilisant la moyenne mobile sur sept jours.

  • Les employés payés à l’heure commencent à en bénéficier. Les données de Homebase montrent que l’emploi des travailleurs payés à l’heure s’est considérablement amélioré en Floride et dans l’Ohio, et dans une certaine mesure au Texas et en Géorgie. Ce qui est moins encourageant, c’est que la plupart des États ont vu peu ou pas d’amélioration au cours des deux dernières semaines (à l’exception de l’Ohio).

Emploi des travailleurs payés à l’heure par rapport à la base de référence (0 est la base de référence)

Source : Franklin Templeton Fixed Income Research, Homebase. Au 29 mai 2020. La base de référence est la valeur médiane de la période de cinq semaines allant du 4 au 31 janvier 2020. La fourchette haute/basse correspond à la période comprise entre le 15 mars et les dernières données disponibles.

Dans l’ensemble, je considère ces données comme encourageantes. Bien évidemment, nous ne pouvons pas supposer qu’elles marquent le début d’une nouvelle tendance. Ce tableau évoluera, en fonction principalement de la poursuite de la diminution de la tendance des infections ou de leur résurgence, mais également des restrictions que les États imposeront aux différentes activités commerciales et du rythme auquel ces restrictions seront assouplies. Tous ces facteurs auront un impact direct sur la logistique des entreprises, mais contribueront également à façonner les attitudes et les comportements des gens. Nous devrons suivre la situation de près, en tirant parti d’un plus large éventail de données.

Pour l’instant, ces données semblent cependant indiquer que les gens sont désireux de retrouver une vie normale. Ils veulent que les mesures de protection adéquates soient mises en place. Toutefois, s’ils ont le sentiment que des précautions raisonnables sont appliquées, ils ne continueront pas à se réfugier dans la peur. Cela pourrait aider la reprise à prendre un élan bien nécessaire au cours de l’été et au début de l’automne, avant une résurgence redoutée de la contagion en octobre-novembre. Dans l’intervalle, les décideurs politiques disposeront d’une certaine marge de manœuvre pour comparer les résultats des différentes stratégies dans les différents États américains et à travers le monde et déterminer si une éventuelle recrudescence des infections peut et doit être contrée par des mesures plus ciblées.

Le message encourageant contenu dans les données jusqu’à présent est que si vous réouvrez, les gens viendront.

Si nous avons le courage et la force de nous attaquer aux causes fondamentales des troubles actuels, le processus de guérison qui suivra peut encore être accompagné et soutenu par une reprise saine de l’activité économique et du niveau de vie.

Mentions légales importantes

Ce document est fourni uniquement dans l’intérêt général et ne saurait constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Ils ne constituent pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal.

Les opinions exprimées sont celles des gérants mentionnés et les commentaires, opinions et analyses sont valables à la date de la publication et peuvent être modifiés sans préavis. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas une analyse complète des évènements survenant dans les divers pays, régions ou marchés.

Des données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton (« FT ») ne les a pas vérifiées, validées ni auditées de manière indépendante. FT décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur.

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre propre conseiller financier ou votre interlocuteur de Franklin Templeton pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Publié aux États-Unis par Franklin Templeton Distributors, Inc., One Franklin Parkway, San Mateo, Californie 94403-1906, (800) DIAL BEN/342-5236, franklintempleton.com – Franklin Templeton Distributors, Inc. est le principal distributeur des produits enregistrés aux États-Unis de Franklin Templeton Investments, qui ne sont pas assurés par la FDIC, peuvent perdre de la valeur, ne sont pas garantis par la banque et sont disponibles uniquement dans les juridictions dans lesquelles est permise une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de ces produits, en vertu des lois et règlements applicables.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens inverse des taux d’intérêt. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur d’un portefeuille obligataire peut baisser. Des stratégies activement gérées pourraient subir des pertes si le jugement porté par le gérant de portefeuille sur les marchés, les taux d’intérêt ou l’attrait, les valeurs relatives, la liquidité ou le potentiel d’appréciation d’investissements particuliers faits pour le portefeuille s’avère erroné. Il ne peut y avoir aucune garantie que les techniques ou que les décisions d’investissement du gérant de portefeuille produiront les résultats escomptés.