Beyond Bulls & Bears

Actions

« Build Back Better » : La crise COVID-19 met en lumière le « S » d’ESG

Selon Julie Moret, Global Head of ESG chez Franklin Templeton, les bouleversements résultant de la pandémie mettent en lumière les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), qui peuvent être utilisées comme un outil supplémentaire pour identifier les entreprises leaders parmi les retardataires. Elle explique pourquoi elle pense que la pandémie a propulsé les questions liées au « S » au premier plan, et comment cet environnement pourrait favoriser un contexte propice à la gestion active.

Cet article est également disponible en: Anglais Chinois simplifié Italien Allemand

Nous en sommes encore aux premiers stades de la compréhension de l’impact à long terme que la pandémie aura sur l’économie réelle. Cela dit, l’impact immédiat sur la vie des gens et la dislocation des marchés est évident.

Si la crise a sans aucun doute souligné à quel point la résilience des bilans est désormais cruciale pour les entreprises et leur viabilité à long terme, elle a également accéléré un certain nombre de thèmes environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) qui existaient avant la crise. De nombreux investisseurs et dirigeants estiment que le moment est venu de « reconstruire en mieux » et de créer un monde des affaires plus durable.

Dans ce contexte, nous voyons trois implications à court terme pour les investisseurs qui, selon nous, perdureront sur le long terme.

Des modèles plus largement axés sur les parties prenantes et priorité à la gestion responsable : luxe ou nécessité ?

La crise s’est à la fois intensifiée et a mis en évidence une série de problèmes de société, tels que l’inégalité croissante et la fragilité des clients et des employés, en particulier dans certains segments de l’économie qui ont été laissés sans protection. Elle a également mis en évidence l’interconnectivité des personnes, de la planète et du profit.

Ces facteurs nous obligeront de plus en plus à redéfinir ce à quoi ressemble une entreprise bien gérée. Cela reflète la pression accrue à laquelle toutes les entreprises sont confrontées pour gérer un groupe de parties prenantes plus large que les seuls actionnaires. Ce que nous préconisons, ce sont les ingrédients qui permettent d’ajuster la qualité et d’incorporer des attributs plus larges. La crise met en lumière la pertinence croissante, pour les entreprises, de modèles plus largement axés sur les parties prenantes, qui offrent un rendement équitable non seulement aux actionnaires mais aussi aux employés, aux clients et aux fournisseurs, ainsi qu’une gestion efficace des externalités environnementales. Toutes ces considérations permettent finalement à une entreprise d’obtenir son permis social.

Cela implique de mettre l’accent sur la gestion et l’engagement actif des investisseurs. En tant qu’investisseurs, nous sommes des gestionnaires responsables du capital de nos clients, c’est-à-dire que nous prenons soin des actifs que nos clients nous ont confiés, en vue de les restituer dans un meilleur état que celui dans lequel nous les avons acquis au départ. Les informations ESG fournissent une évaluation sur la manière dont les entreprises gèrent ces questions. De ce fait, elles deviennent un outil permettant non seulement de différencier davantage les entreprises bien gérées de celles qui sont à la traîne, mais aussi d’identifier les entreprises qui ont un impact sociétal positif.

Nous le préconisons depuis un certain temps : les entreprises doivent envisager des modèles plus largement axés sur les parties prenantes dans un monde en mutation. Nous sommes conscients que les entreprises sont aujourd’hui confrontées à d’importantes pressions sur les coûts en ce qui concerne l’affectation du capital au bien-être du personnel, des clients et des fournisseurs.

Les conversations que nous avons eues avec les entreprises pendant cette période d’incertitude ont tourné autour de la solidité des bilans, de la suffisance des flux de trésorerie et des liquidités — autant d’éléments que nous utilisons pour évaluer la capacité d’une entreprise à continuer de fonctionner sur le long terme. Notre message met l’accent sur la prudence et la précaution, afin que la direction examine la pertinence des plans de distribution des dividendes et des programmes de rachat des actions, en examinant si ces politiques pourraient affaiblir la viabilité opérationnelle de l’entreprise face aux pressions à court terme que nous avons décrites ci-dessus.

Human Capital Matters

La pandémie de coronavirus a mis le capital humain sous les feux de la rampe : des questions telles que les contrats et les droits des employés sont passées au premier plan, les investisseurs et la société civile examinant la façon dont les entreprises agissent pendant la crise, y compris la façon dont elles traitent leurs salariés.

La crise a révélé la fragilité des entrepreneurs indépendants au sein de la « gig economy » (l’économie des petits boulots) et de ceux qui ont des contrats « zéro heure » dans des secteurs fortement touchés par la crise, tels que le divertissement et les loisirs. Beaucoup de ces travailleurs ont été abandonnés avec peu de protection, tant sur le plan financier que sur celui de la santé. Après la crise COVID-19, il est raisonnable de s’attendre à une pression soutenue sur les entreprises pour améliorer les droits du travail et les salaires, ce qui représente des coûts plus élevés pour les entreprises et implique que les niveaux de distribution de cash-flow libre aux actionnaires ne reviendront probablement pas aux niveaux d’avant la COVID-19, du moins à court terme.

La culture d’entreprise a également atteint un tournant. Nous sentons un changement de perception : les réunions virtuelles et les horaires de travail flexibles deviennent plus acceptables à mesure que les chefs d’entreprise réfléchissent à la manière de créer un environnement propice aux besoins des employés. Nous avons observé les solutions créatives que certaines entreprises ont apportées pendant la crise actuelle, notamment l’utilisation des nouvelles technologies, y compris les télécommunications.

Le « S » n’éclipsera pas le « E »

La croissance soutenue de la demande des clients pour des démarches centrées sur l’environnement, ainsi que l’élan politique et réglementaire dans un certain nombre de pays, contribueront probablement à ce que les questions environnementales ne soient pas éclipsées par l’attention portée par les équipes aux problèmes de société.

En fait, une étude que nous avons parrainée au début de l’année a révélé que les questions environnementales restent en tête des préoccupations des investisseurs.1 Lorsqu’on leur a demandé de classer les critères ESG, près de la moitié des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête (46 %) ont déclaré qu’elles pensaient que les critères environnementaux étaient les plus importants, 34 % seulement citant la gouvernance et les 20 % restants les questions sociales.

Il est incontestable que la pertinence croissante des questions environnementales associées au changement climatique, à la raréfaction des ressources naturelles et à l’efficience renforce l’intérêt pour les produits et solutions ESG. Ces thèmes d’investissement bénéficient également des pressions réglementaires. Il est encourageant de constater que, selon les résultats de cette étude, les conseillers réagissent à la demande croissante de leurs clients, ce qui devrait permettre une meilleure connaissance et une plus grande innovation du secteur dans cet univers.

La crise a renforcé notre conviction que les entreprises qui prennent en considération les questions environnementales et sociales, et qui respectent des normes solides de gouvernance d’entreprise, seront probablement des entreprises plus résistantes et mieux à même de traverser les périodes de chocs. Nous restons convaincus que le temps investi dans la compréhension des critères ESG et dans leur prise en compte dans le processus d’investissement, en plus de notre engagement en tant qu’entreprise, fait de nous des investisseurs mieux informés.

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls & Bears.

Pour recevoir des informations abrégées sur l’investissement, suivez-nous Twitter @FTI_France et sur LinkedIn.

Mentions légales importantes

Ces documents sont fournis uniquement dans l’intérêt général et ne sauraient constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Il ne constitue pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal.

Les opinions exprimées sont celles des gérants mentionnés et les commentaires, opinions et analyses sont valables à la date de la publication (ou pour certains cas précis à une autre date donnée) et peuvent être modifiés sans préavis. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas une analyse complète de chaque évènement important survenant dans un pays, une région ou un marché.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton (« FT ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FT décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur.

Les entreprises et études de cas présentées ici sont utilisées uniquement à des fins d’illustration ; tout investissement peut ou non être détenu par tout portefeuille conseillé par Franklin Templeton. Les opinions ne sont destinées qu’à fournir un aperçu de la manière dont les titres sont analysés. Les informations fournies ne constituent ni une recommandation ni des conseils individuels en investissement pour tout titre, stratégie ou produit de placement spécifique. Elles n’indiquent pas les intentions de négociation de tout portefeuille géré par Franklin Templeton. Il ne s’agit pas d’une analyse complète des données relatives à un secteur, un titre ou un investissement et elles ne doivent pas être considérées comme une recommandation d’investissement.

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier ou votre interlocuteur Franklin Templeton pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Publié aux États-Unis par Franklin Templeton Distributors, Inc., One Franklin Parkway, San Mateo, Californie 94403-1906, (800) DIAL BEN/342-5236, franklintempleton.com – Franklin Templeton Distributors, Inc. est le principal distributeur des produits enregistrés aux États-Unis de Franklin Templeton Investments, qui ne sont pas assurés par la FDIC, peuvent perdre de la valeur, ne sont pas garantis par la banque et sont disponibles uniquement dans les juridictions dans lesquelles est permise une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de ces produits, en vertu des lois et règlements applicables.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des actions peuvent fluctuer, parfois de manière rapide et brusque, en raison de facteurs propres à des sociétés, industries ou secteurs spécifiques ou du marché dans son ensemble. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques, comme les fluctuations de change, l’instabilité économique et l’évolution de la situation politique.  Investir sur les marchés émergents, y compris dans la sous-catégorie des marchés frontières, implique des risques accrus concernant ces mêmes facteurs, lesquels s’ajoutent aux risques liés à leur plus petite taille, à leur liquidité inférieure et à l’absence de cadre juridique, politique, commercial et social établi pour soutenir les marchés de valeurs mobilières.

Méthodologie de l’étude

Franklin Templeton s’est associé à NMG Consulting pour réaliser cette étude approfondie. NMG a examiné le comportement de conseillers et intermédiaires financiers vis à vis de l’investissement responsable sur 10 grands marchés du monde, dans les régions EMEA, APAC (Japon et Australie) et Amérique du Nord. L’enquête a été réalisée en ligne auprès de 824 conseillers, dont 388 en Europe, au Danemark, en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Norvège, en Suède, en Suisse et au Royaume-Uni. Le travail de terrain a été réalisé d’avril à juin 2019.

Les personnes interrogées ont été sélectionnées selon leur fonction et étaient pour la plupart « conseiller financier », avec une légère variation régionale. Les personnes interrogées devaient avoir des clients avec des allocations d’investissement responsable, un filtrage et des questions pièges permettant d’exclure les participants non admissibles.

1. Franklin Templeton et NMG Consulting, mars 2020. L’étude a examiné le comportement de 800 conseillers et intermédiaires financiers vis à vis de l’investissement responsable sur 10 marchés du monde, dans les régions EMEA, APAC et Amérique du Nord.