Beyond Bulls & Bears

Obligations

L’accord sur le Brexit enfin conclu à la fin de l’année 2020

En trouvant un accord à quelques jours de la fin de l’année 2020, le Royaume-Uni et l’Union européenne ont enfin tiré un trait sur le Brexit. Même si cet accord n’est sans doute pas parfait, que ce soit pour l’UE ou pour le Royaume-Uni, David Zahn, notre Head of European Fixed Income, affirme que les marchés ont apprécié la levée des incertitudes.

Cet article est également disponible en: Anglais Néerlandais Polonais

Quatre ans après la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne (UE), un accord sur le Brexit a finalement été conclu pour mettre fin aux différends qui subsistaient entre les deux parties en matière de commerce et sur d’autres sujets. Cet accord définit les règles de la nouvelle relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne dans des domaines tels que les droits de pêche et le passage des frontières pour les marchandises et les personnes.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a décrit cet accord conclu le 24 décembre comme un cadeau de Noël pour le pays. Même s’il n’est pas parfait, je pense qu’il s’agit d’un accord raisonnable qui élimine le risque de voir le Royaume-Uni quitter l’UE sans relation commerciale concernant les marchandises. Il reste des nuances et d’autres domaines encore à négocier, mais la principale difficulté en matière de commerce – concernant les droits de pêche de l’UE dans les eaux britanniques – est à présent derrière nous.

La pêche n’apporte pas une contribution importante au produit intérieur brut (PIB), mais sa valeur symbolique en avait fait un problème politique. Le nouvel accord prévoit une période transitoire de cinq ans et demi au cours de laquelle 25 % des droits de pêche de l’UE dans les eaux britanniques seront transférés à la flotte britannique. Par la suite, des pourparlers annuels détermineront les quotas.

Même si les droits de pêche restent sujets à de futures négociations, les marchés financiers ont réagi favorablement à l’annonce de l’accord. La livre sterling a grimpé, et le marché boursier britannique a redressé la tête suite à la levée des incertitudes. Cet accord est une bonne nouvelle également pour le crédit d’entreprises britannique puisqu’il élimine un facteur déstabilisant. Les gilts britanniques n’ont pas chuté autant que prévu, ce qui s’explique par le fait qu’en raison du COVID-19, la croissance restera sans doute limitée pendant un certain temps.

Il est important de noter que cet accord concerne uniquement les marchandises, et non les services. Les services feront l’objet d’un test d’équivalence : chacune des parties déterminera si la réglementation de l’autre juridiction répond à ses normes. Il reste donc une certaine marge d’ajustement en ce qui concerne les services.

Même si l’accord sur le Brexit est le plus important, le Royaume-Uni a signé un nombre impressionnant d’accords commerciaux avec d’autres pays, et en conclura probablement d’autres au cours des mois à venir. À l’avenir, on peut s’attendre à ce que le Royaume-Uni s’écarte de l’Europe dans d’autres domaines de politique également.

Ceci étant, d’autres préoccupations jettent une ombre sur les perspectives à court terme du marché – notamment la pandémie. L’économie britannique a été la plus durement touchée de tous les pays du G10 par le COVID-19, avec une baisse de 20 % du PIB au deuxième trimestre 2020. Même avec l’arrivée d’un vaccin, nous avons assisté à une recrudescence des nouveaux cas – il est donc clair que nous ne sommes pas au bout des confinements. De nouvelles restrictions vont diminuer encore la production économique du Royaume-Uni à court terme.

La saga du Brexit est essentiellement terminée, mais le Royaume-Uni a encore des problèmes à régler en interne (y compris les difficultés liées à l’Irlande du Nord et à l’Écosse) et il lui reste du pain sur la planche pour asseoir son économie sur des bases plus solides.

Mentions légales importantes

Ces documents sont fournis uniquement dans l’intérêt général et ne sauraient constituer un conseil d’investissement individuel, une recommandation ou une incitation à acheter, vendre ou détenir un titre ou à adopter une stratégie d’investissement particulière. Il ne constitue pas un conseil d’ordre juridique ou fiscal.

Les opinions exprimées sont celles des gérants mentionnés et les commentaires, opinions et analyses sont valables à la date de la publication (ou pour certains cas précis à une autre date donnée) et peuvent être modifiés sans préavis. Les informations contenues dans ce document ne constituent pas une analyse complète de chaque évènement important survenant dans un pays, une région ou un marché.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document et Franklin Templeton (« FT ») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FT décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ce document est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur.

Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis en dehors des États-Unis par d’autres sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier ou votre interlocuteur Franklin Templeton pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Publié aux États-Unis par Franklin Templeton Distributors, Inc., One Franklin Parkway, San Mateo, Californie 94403-1906, (800) DIAL BEN/342-5236, franklintempleton.com – Franklin Templeton Distributors, Inc. est le principal distributeur des produits enregistrés aux États-Unis de Franklin Templeton Investments, qui ne sont pas assurés par la FDIC, peuvent perdre de la valeur, ne sont pas garantis par la banque et sont disponibles uniquement dans les juridictions dans lesquelles est permise une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de ces produits, en vertu des lois et règlements applicables.

CFA® et Chartered Financial Analyst® sont des marques déposées de CFA Institute.

Quels sont les risques ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. Ainsi, lorsque les taux d’intérêt augmentent, la valeur d’un portefeuille obligataire peut baisser. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques liés notamment aux fluctuations des taux de change, à l’instabilité économique et à l’évolution de la situation politique.